Archives par étiquette : tableaux

Le surréalisme ou l’art de l’imaginaire !

Surréalisme

Le surréalisme est un mouvement artistique qui apparaît après la Grande Guerre. Il s’inscrit par le refus de l’ordre établi et par une absence de tout contrôle exercé par la logique ou la raison. Il doit s’exprimer sans restriction en se libérant des contraintes académiques de l’esthétique et de la morale. Enfin, il se fonde sur l’imagination en ayant recours au rêve, à l’inconscient, à l’absurde, au désir et au fantasme.

Le Manifeste d’André le Breton, publié en 1924, le définit ainsi.

En conclusion : dans la peinture, le surréalisme a créé un nouvel espace libéré de toute contrainte logique avec une prépondérance aux pouvoirs de l’inconscient et du rêve. Les principaux peintres de ce mouvement qui m’ont le plus inspiré sont : Frida Kahlo, Marc Chagall, Yves Tanguy, Salvador Dali, René Magritte, Max Ernst.

Surréalisme au 16e siècle !

Pourtant le mouvement surréalisme en peinture aurait pu naître dès le 16e siècle avec les peintres comme Jérôme Bosch et Bruegel l’Ancien. Obsédé par les thèmes à caractères religieux, Jérôme Bosch a fasciné de nombreux artistes du mouvement des surréalistes. Ci-dessous le surréalisme avec le fameux jardin des délices.

Le jardin des délices de Jérôme Bosch

Le jardin des délices de Jérôme Bosch, visible au musée du Prado

J’ai vraiment pris plaisir à contempler ce triptyque au musée du Prado. Ce qui est vraiment remarquable dans ce tableau, c’est que je pouvais passer des heures à en observer chaque scène en essayant de les décrypter !

Comme un film, il se compose de 3 grandes séquences fascinantes avec une multitude de petites scènes où certaines bizarreries sont indéchiffrables.

Si vous souhaitez avoir votre propre interprétation du tableau de Jérôme Bosch, vous pouvez lire l’analyse assez complète proposée par Wikipédia.

Inspirations surréalistes

Les surréalistes se sont souvent inspirés des scènes de Bosch. En voici un exemple : Dali aurait emprunté au grand maitre du 16e une des scènes du jardin des délices dans le Grand Masturbateur !  Ci-dessous un montage que j’ai fait pour vous montrer les similitudes troublantes :

Comparaison entre Dali et Bosch

Comparaison entre Dali et Bosch

L’art de l’imaginaire ou le surréalisme avec ma peinture 🙂

Plus généralement, j’ai toujours été intrigué par les tableaux qui introduisent des éléments énigmatiques et où le réel devient singulièrement subtil en nous montrant des situations étranges.

Bien sûr, cela demande un effort ! L’observateur a besoin de prendre son temps devant ce type d’oeuvre. De plus, il est obligé d’être actif pour espérer en comprendre le sens. Il  est contraint de se demander quel aurait pu être le message du peintre. Il est vrai que son interprétation est considérablement liée à son vécu et à sa culture. En réalité, elle dépend grandement de ce qu’une expression ou un élément spécifique a signifié à l’auteur au moment où il a composé le tableau. Dans le surréalisme, très souvent les clés de compréhension ne sont pas révélées par les artistes.

Ruban bleu

Ci-dessous, un de mes derniers tableaux peint début janvier 2019, visible aussi sur mon site-galerie, http://raymondaltes.com/ruban-bleu/

"Le ruban bleu" tableau de Raymond ALTES ou le surréalime de Raymond ALTES

« Le ruban bleu » 130×81 cm

Mon travail actuel que certains observateurs catégorisent comme surréaliste ne peut pas vraiment s’inscrire dans le mouvement surréaliste.  En effet, ma peinture qui appartient bien sûr, au domaine de l’imaginaire est construite d’une manière logique et consciente à partir d’une idée que j’essaie de développer avec mes pinceaux. Cette démarche est contraire à un des points les plus importants du Manifeste du Surréalisme (le refus de toute construction logique).

Origine

Ci-dessous « Origine » visible plus en détail sur la galerie à l’adresse : http://raymondaltes.com/origine/

Les grands singes (lesquels sont en voie de disparition, pour rappel)

Non, l’homme n’est pas une des branches descendantes du singe… il est un hominidé et plus précisément je dirais : un grand singe… Les hominidés sont apparus, il y a plus de 50 millions d’années alors que l’homo sapien est très très jeune, moins de 300 000 années !

Tableau "Origine" de Raymond ALTES le surréalime de Raymond ALTES

Titre : Origine 60×60 cm

Les éléments qui composent alors le tableau répondent à cette idée. Ils construisent un questionnement puisé dans un réel, bien triste pour le grand singe…

En d’autres termes, mes peintures sont construites à partir de symboles souvent liés à la relation de l’homme avec le monde environnant. Mais parfois, je m’intéresse aux grands mythes qui ont fondé notre civilisation, comme ci-dessous.

La Création d’Adam

Voici un tableau qui m’a toujours fasciné La Création d’Adam de Michel-Ange !
Le point central est le fameux contact qui s’établit entre le doigt du Créateur et celui d’Adam. Finalement, le souffle de vie a été ainsi transmis à l’humanité par le Créateur à notre image ! Une des plus belles métaphores !

Le souffle de vie !

Création d'Adam Michel-Ange

Création d’Adam Michel-Ange

(lien pour revoir le tableau avec une meilleure qualité : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Cr%C3%A9ation_d%27Adam_(Michel-Ange) ).

Comme vous allez le voir ci-dessous, ma vision du souffle de la vie est très différente. Dans mon tableau, la femme a une importance indéniable dans la création de l’humanité !

Tableau de Raymond ALTES

Extrait du tableau « Le souffle de vie » revu et corrigé !

Ci-dessous le tableau en entier (le Créateur serait-il féminin ?) :

tableau "Le souffle de vie" le surréalime de Raymond ALTES

« Le souffle de vie » tableau de 100 x 100 cm

Si vous le souhaitez, vous pouvez voir d’autres tableaux classés dans la catégorie « au-delà du réel  » (ou « surréalistes » pour certains ) : Raymond ALTES, au-delà du réel

En conclusion, voici quelques-unes de mes peintures rassemblées dans cette galerie:

Tableaux : jouer avec les yeux !

Deux tableaux

Je viens de terminer deux tableaux qui sont destinés à être accrochés côte à côte. J’ai cherché à traduire un souvenir inspiré d’un moment passé en compagnie d’une petite fille vêtue d’une marinière, Anna. Elle prend une mine boudeuse et un regard coquin face à son père, Christophe.

Tableau d'Anna

Portrait d’Anna – Peinture à l’huile sur toile – 80×80 cm

Le portait est construit autour d’une attitude expressive avec un arrière-plan très fantaisiste. Anna nous parle avec ses yeux pour nous raconter un voyage imaginaire joyeusement animé par des saynètes. Le fond est composé de petits motifs dans le but de mettre en récit son univers tout en créant (je l’espère) une atmosphère douce et poétique.

 La toile ci-dessous est le pendant du portrait d’Anna.

Tableau de Christophe - huile sur toile 80x80 cm

Portrait de Christophe – huile sur toile 80×80 cm

Christophe, fou d’affection pour ses enfants joue avec ses yeux pour se donner un air impressionnant qui ne trompe personne.

Le portrait est peint, avec une exécution plus rapide, plus nerveuse au couteau à palette avec l’éclairage venant de l’arrière-plan, un blanc assez brutal rythmé par des traits interférant dans le visage. La touche est fragmentée en aplats horizontaux. Le fond est marqué par un horizon gris vert pour apporter un sentiment de distance.  

Ci-dessous une galerie montrant l’évolution et les détails des tableaux. Vous pouvez cliquer sur une des miniatures pour parcourir l’album photo. En haut à droite, vous trouvez un bouton pour agrandir l’image.

 

Lumière de Venise

Venise lumière, couleur et reflets

Avril 2012, nous nous trouvons à Venise pour une dizaine de jours dans le but de redécouvrir son architecture millénaire. Dès notre arrivée, nous sommes à nouveau fascinés par les variations et la richesse des couleurs. En cette arrière-saison, nous explorons la ville, sans croiser la foule de touristes de juillet-août. Peu à peu, une certaine magie s’opère en nous. Nous apprécions de plus en plus, la beauté des immeubles érigés sur la mer avec leurs crépis effrités rouges et leurs reflets ondulants dans les eaux troubles des canaux…

Ce cadre exceptionnel d’une grande unité architecturale a toujours inspiré de nombreux artistes.
Nous espérons être en mesure de capter quelques impressions parmi cette multitude de formes et de couleurs, et avec de la chance, de les transformer en images qui nous touchent.
Comment atteindre l’essentiel sur une toile ou comment représenter cette perception inexplicable des effets colorés de la lumière dans l’eau ? En réponse à cette question, vous trouverez quelques clés de lecture devant chacune des toiles, ci-dessous.

La nuit est couleur.

Comment plonger l’observateur dans un jeu de rouge orangé absorbé par les teintes sombres du bleu, afin de restituer une impression d’issue tragique ? Cette perception a été la raison de la mise en scène des couleurs de la toile, ci-dessous.
Avril 2012. Huile 73×60.
Pour agrandir ou parcourir l’ensemble des tableaux, vous pouvez cliquer dans l’un des cadres

Nuit mouvementée sur la Lagune.

Nuit mouvementée sur la Lagune.

Le Grand Canal et les couleurs de l’eau

L’ouverture de l’espace, les reflets de lumière,  la richesse des teintes ont amené ces touches courtes énergiques de couleurs pures côte à côte sans trop les mélanger au préalable. L’œil du spectateur recompose les tons et les formes. (Bien sûr cette technique a été empruntée aux impressionnistes.)
Avril 2012. Huile 36X46.

Peinture à huile : Venise le grand canal

Le fameux Grand Canal de Venise.

Le rouge de Venise

La lumière orange est présente dans pratiquement tous les canaux. Elle opère pour tous les visiteurs une certaine magie. 
Dans ce tableau ont été insérés les détails comme la gondole et le linge entre et contre les façades.
Avril 2012 -Huile 73×60.

Le rouge de Venise

Le symbole de Venise : la gondole. La promenade est un incontournable.

Au crépuscule, l’animation de la vie quotidienne le long des quais.

Le crépuscule, les mouvements de l’eau et les effets de lumière ont inspiré cette représentation. Le ciel et le quai sont ici, illuminés d’une variation de lumière du pourpre-rose au bleu-vert dans l’intention de procurer l’illusion du mouvement.
Avril 2012 Huile 73×60.

Peinture à huile : Venise la promenade sur le quai

Dès que le soleil se couche, promenez-vous sur les quais

Ces quatre tableaux ont été peints à notre retour et sont à considérer comme une traduction de notre rencontre avec Venise en 2012. Cet article fait écho à un diaporama disponible sur le site à l’adresse http://tribulations.fr/reflets-lumiere-venise.