Archives par étiquette : peinture

Le surréalisme ou l’art de l’imaginaire !

Surréalisme

Le surréalisme est un mouvement artistique qui apparaît après la Grande Guerre. Il s’inscrit par le refus de l’ordre établi et par une absence de tout contrôle exercé par la logique ou la raison. Il doit s’exprimer sans restriction en se libérant des contraintes académiques de l’esthétique et de la morale. Enfin, il se fonde sur l’imagination en ayant recours au rêve, à l’inconscient, à l’absurde, au désir et au fantasme.

Le Manifeste d’André le Breton, publié en 1924, le définit ainsi.

En conclusion : dans la peinture, le surréalisme a créé un nouvel espace libéré de toute contrainte logique avec une prépondérance aux pouvoirs de l’inconscient et du rêve. Les principaux peintres de ce mouvement qui m’ont le plus inspiré sont : Frida Kahlo, Marc Chagall, Yves Tanguy, Salvador Dali, René Magritte, Max Ernst.

Surréalisme au 16e siècle !

Pourtant le mouvement surréalisme en peinture aurait pu naître dès le 16e siècle avec les peintres comme Jérôme Bosch et Bruegel l’Ancien. Obsédé par les thèmes à caractères religieux, Jérôme Bosch a fasciné de nombreux artistes du mouvement des surréalistes. Ci-dessous le surréalisme avec le fameux jardin des délices.

Le jardin des délices de Jérôme Bosch

Le jardin des délices de Jérôme Bosch, visible au musée du Prado

J’ai vraiment pris plaisir à contempler ce triptyque au musée du Prado. Ce qui est vraiment remarquable dans ce tableau, c’est que je pouvais passer des heures à en observer chaque scène en essayant de les décrypter !

Comme un film, il se compose de 3 grandes séquences fascinantes avec une multitude de petites scènes où certaines bizarreries sont indéchiffrables.

Si vous souhaitez avoir votre propre interprétation du tableau de Jérôme Bosch, vous pouvez lire l’analyse assez complète proposée par Wikipédia.

Inspirations surréalistes

Les surréalistes se sont souvent inspirés des scènes de Bosch. En voici un exemple : Dali aurait emprunté au grand maitre du 16e une des scènes du jardin des délices dans le Grand Masturbateur !  Ci-dessous un montage que j’ai fait pour vous montrer les similitudes troublantes :

Comparaison entre Dali et Bosch

Comparaison entre Dali et Bosch

L’art de l’imaginaire ou le surréalisme avec ma peinture 🙂

Plus généralement, j’ai toujours été intrigué par les tableaux qui introduisent des éléments énigmatiques et où le réel devient singulièrement subtil en nous montrant des situations étranges.

Bien sûr, cela demande un effort ! L’observateur a besoin de prendre son temps devant ce type d’oeuvre. De plus, il est obligé d’être actif pour espérer en comprendre le sens. Il  est contraint de se demander quel aurait pu être le message du peintre. Il est vrai que son interprétation est considérablement liée à son vécu et à sa culture. En réalité, elle dépend grandement de ce qu’une expression ou un élément spécifique a signifié à l’auteur au moment où il a composé le tableau. Dans le surréalisme, très souvent les clés de compréhension ne sont pas révélées par les artistes.

Ruban bleu

Ci-dessous, un de mes derniers tableaux peint début janvier 2019, visible aussi sur mon site-galerie, http://raymondaltes.com/ruban-bleu/

"Le ruban bleu" tableau de Raymond ALTES ou le surréalime de Raymond ALTES

« Le ruban bleu » 130×81 cm

Mon travail actuel que certains observateurs catégorisent comme surréaliste ne peut pas vraiment s’inscrire dans le mouvement surréaliste.  En effet, ma peinture qui appartient bien sûr, au domaine de l’imaginaire est construite d’une manière logique et consciente à partir d’une idée que j’essaie de développer avec mes pinceaux. Cette démarche est contraire à un des points les plus importants du Manifeste du Surréalisme (le refus de toute construction logique).

Origine

Ci-dessous « Origine » visible plus en détail sur la galerie à l’adresse : http://raymondaltes.com/origine/

Les grands singes (lesquels sont en voie de disparition, pour rappel)

Non, l’homme n’est pas une des branches descendantes du singe… il est un hominidé et plus précisément je dirais : un grand singe… Les hominidés sont apparus, il y a plus de 50 millions d’années alors que l’homo sapien est très très jeune, moins de 300 000 années !

Tableau "Origine" de Raymond ALTES le surréalime de Raymond ALTES

Titre : Origine 60×60 cm

Les éléments qui composent alors le tableau répondent à cette idée. Ils construisent un questionnement puisé dans un réel, bien triste pour le grand singe…

En d’autres termes, mes peintures sont construites à partir de symboles souvent liés à la relation de l’homme avec le monde environnant. Mais parfois, je m’intéresse aux grands mythes qui ont fondé notre civilisation, comme ci-dessous.

La Création d’Adam

Voici un tableau qui m’a toujours fasciné La Création d’Adam de Michel-Ange !
Le point central est le fameux contact qui s’établit entre le doigt du Créateur et celui d’Adam. Finalement, le souffle de vie a été ainsi transmis à l’humanité par le Créateur à notre image ! Une des plus belles métaphores !

Le souffle de vie !

Création d'Adam Michel-Ange

Création d’Adam Michel-Ange

(lien pour revoir le tableau avec une meilleure qualité : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Cr%C3%A9ation_d%27Adam_(Michel-Ange) ).

Comme vous allez le voir ci-dessous, ma vision du souffle de la vie est très différente. Dans mon tableau, la femme a une importance indéniable dans la création de l’humanité !

Tableau de Raymond ALTES

Extrait du tableau « Le souffle de vie » revu et corrigé !

Ci-dessous le tableau en entier (le Créateur serait-il féminin ?) :

tableau "Le souffle de vie" le surréalime de Raymond ALTES

« Le souffle de vie » tableau de 100 x 100 cm

Si vous le souhaitez, vous pouvez voir d’autres tableaux classés dans la catégorie « au-delà du réel  » (ou « surréalistes » pour certains ) : Raymond ALTES, au-delà du réel

En conclusion, voici quelques-unes de mes peintures rassemblées dans cette galerie:

Un peu d’allégorie !

Une allégorie républicaine d’aujourd’hui !

Les allégories en peinture ont toujours été des figures iconiques recherchées par les peintres.

Bien sûr, notre siècle de l’image rend parfois honneur aux allégories visuelles notamment dans le street art.

Tableau d'Obey : "Liberté, égalité, fraternité"

En haut à gauche un tableau de l’artiste Obey : « Liberté, égalité, fraternité »

Lorsque le président de la République, le 31 décembre a annoncé les voeux de 2018, j’ai découvert qu’il n’était pas insensible aux allégories visuelles notamment avec le tableau liberté, égalité, fraternité signé de l’artiste du street art Shepard Fairey connu sous le pseudo Obey.

Hope : affiche-icône de la campagne de 2008 d'Obama

Hope : affiche-icône de la campagne de 2008 d’Obama

Le travail de Fairey est souvent influencé par les oeuvres d’Andy Warhol notamment dans la fameuse affiche HOPE en 2008 lors la campagne d’Obama. Il me semble même que Obey a puisé son inspiration dans la photo-icône de Che-Guevara.

L’artiste Obey, aurait-il « obamisé » notre Marianne ?

Une très grande oeuvre peinte par Obey sur le mur d'un HLM du 13ème arrondissement de Paris

Une très grande oeuvre peinte par Obey sur le mur d’un HLM du 13ème arrondissement de Paris

Il faut se souvenir que le tableau accroché dans le bureau présidentiel provient d’une gigantesque fresque peinte en juin 2016 sur le mur d’un HLM au 186 rue Nationale à Paris XIII, en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015.
Cette image m’a invité à tenter de mettre en récit le symbole de la Marianne républicaine corrigée par le peintre Obey et régulièrement présentée en arrière-plan par le Président lors des interviews au palais de l’Élysée.

Mon autoportrait sur Facebook en 2015

Mon autoportrait sur Facebook en 2015

Retour arrière : au lendemain du 13 novembre 2015, les internautes sur le réseau Facebook ont superposé le drapeau bleu-blanc-rouge sur leur photo de profil pour soutenir les victimes des attentats. Une fraternité spontanée s’est amplifiée avec internet. Des millions d’anonymes dans le monde se mobilisent pour la France et ses valeurs de solidarité qu’elle véhicule par son histoire et sa culture.

En réalité, dès le 20 novembre 2015, ce projet a été conçu sur son site. De même, la Marianne de 2016 réalisée par Obey sur le mur de l’HLM reprend les codes des réseaux sociaux. Elle intègre le drapeau français en surimpression et ainsi rend hommage au grand mouvement de solidarité propagé dans le monde après les attentats.

Ci-dessous, vous reconnaissez le visage stylisé de la Marianne. La peinture élyséenne est donc un détournement d’une peinture murale « Make ART NOT WAR » qui avait été réalisée par Obey une dizaine d’années plus tôt.

Make Art Not War

Make Art Not War

« Faites de l’Art et pas la Guerre » on pourrait s’interroger sur le slogan de cette peinture : L’art serait-il le meilleur moyen de lutte contre la guerre ? À méditer…  La formule sous-jacente avec « Eyes open – Mind open » dans cette peinture, je la traduis par ouvrir les yeux c’est acquérir des connaissances pour ouvrir des horizons …

Liberte-Fraternite-Obey-01À vrai dire, on peut s’interroger sur cette réutilisation d’une partie de cette peinture. Ainsi, les pinceaux sont réutilisés dans le tableau de l’Élysée. De même, la figure est reprise toujours stylisée en noir et blanc qui à mon sens est un élément important. Il pourrait indiquer le passé et évoquerait que la France est aussi une ancienne nation.
En conclusion, la représentation de la Marianne est une allégorie moderne de la République. Mais la fraternité serait essentielle en étant symbolisée par le drapeau où les cultures seraient le meilleur rempart contre la guerre…

J’espère que vous ne vous êtes pas lassé de mon analyse un peu trop didactique et qu’il vous reste un peu d’énergie pour parcourir mon travail sur le thème des allégories, ci-dessous.

Allégorie de la Démocratie :

Inspiré par cette Marianne dépoussiérée, je vous propose ma toile « Démocratie ».

Tableau : Allégorie sur la démocratie menacée

Tableau de 1m – titre  » Démocratie » – Acrylique

Comme vous pouvez le remarquer, ma très fière Démocratie a été peinte à partir des symboles grecs. Un bel idéal qui malheureusement est de plus en plus menacé par le populisme et l’extrémisme…

 Le désir de vivre

Tableau de Raymond ALTES 100x81 cm - Acrylique - Le désir de vivre

Tableau de 100×81 cm – Acrylique – Le désir de vivre

Les naufrages de bateaux de migrants en méditerranée s’enchainent depuis de nombreuses années. L’Europe s’est construite sur une idée de solidarité et malgré cela elle ferme la porte aux réfugiés des guerres du Moyen-Orient. Pourtant, elle aurait les moyens de gérer les mouvements d’une population en détresse dont le seul but est le désir de vivre en paix. Ce tableau est un cri !

Mémoire

Raymond ALTES ; Tableau de 90x90 cm "Mémoire"

Tableau de 90×90 cm « Mémoire »

Nos souvenirs se déforment pour devenir des images lointaines portées par les cellules de notre cerveau.

Les tubes d’Aladin

Raymond ALTES Tableau de 80x80 cm -Acrylique - Les tubes d'Aladin

Tableau de 80×80 cm -Acrylique – Les tubes d’Aladin

Pour finir avec une note d’humour en image, voici le tableau « les tubes d’Aladin » qui est un triple autoportrait au smartphone, inspiré du célèbre triple portrait de Norman ROCKWELL

Deux peintures cette semaine

Deux nouvelles peintures réalisées au couteau.

Pour réaliser ces deux peintures, j’ai trouvé mon inspiration comme toujours un peu par hasard.
Le grand format ci-dessous, représente un paysage avec deux personnages.

Peintures : Le sentier côtier

Mise à l’échelle du tableau : 100X80 cm

 

Je me suis amusé à interpréter un souvenir d’une promenade le long des sentiers côtiers en Bretagne. Le ciel inquiétant et un brin surréaliste s’oppose à la sérénité du couple qui marche à marée basse.

Peinture au couteau : Promenade le long des sentiers côtiers

Promenade le long des sentiers côtiers : huile sur toile de100x80 cm

       

Bien sûr, je ne puise pas mon inspiration que dans la nature, mais parfois il suffit d’une rengaine entendue à la radio. C’est le cas du deuxième tableau. J’espère que vous aurez reconnu l’artiste et son engagement apprécié au travers des textes de ses chansons.

Portrait peinture à l'Huile de Léo Férré

Huile sur toile de 73×60 cm

 

Le visage a été fragmenté par des touches rapides, énergiques et floues qui j’espère, renforce une expression rebelle et trouble.

tribulations_leo_ferre_tres-gros-plan-huile_web

Un gros plan du portrait pour montrer les touches fragmentées

En cliquant sur une vignette, vous pouvez parcourir le diaporama. Sur certaines photos, vous avez la possibilité de les agrandir à partir d’un bouton en haut à droite

Si vous voulez écouter une de ses chansons, suivez ce lien : http://www.youtube.com/watch?v=ZH7dG0qyzyg