Archives de l’auteur : Raymond

Un peu d’allégorie !

Une allégorie républicaine d’aujourd’hui !

Les allégories en peinture ont toujours été des figures iconiques recherchées par les peintres.

Bien sûr, notre siècle de l’image rend parfois honneur aux allégories visuelles notamment dans le street art.

Tableau d'Obey : "Liberté, égalité, fraternité"

En haut à gauche un tableau de l’artiste Obey : « Liberté, égalité, fraternité »

Lorsque le président de la République, le 31 décembre a annoncé les voeux de 2018, j’ai découvert qu’il n’était pas insensible aux allégories visuelles notamment avec le tableau liberté, égalité, fraternité signé de l’artiste du street art Shepard Fairey connu sous le pseudo Obey.

Hope : affiche-icône de la campagne de 2008 d'Obama

Hope : affiche-icône de la campagne de 2008 d’Obama

Le travail de Fairey est souvent influencé par les oeuvres d’Andy Warhol notamment dans la fameuse affiche HOPE en 2008 lors la campagne d’Obama. Il me semble même que Obey a puisé son inspiration dans la photo-icône de Che-Guevara.

L’artiste Obey, aurait-il « obamisé » notre Marianne ?

Une très grande oeuvre peinte par Obey sur le mur d'un HLM du 13ème arrondissement de Paris

Une très grande oeuvre peinte par Obey sur le mur d’un HLM du 13ème arrondissement de Paris

Il faut se souvenir que le tableau accroché dans le bureau présidentiel provient d’une gigantesque fresque peinte en juin 2016 sur le mur d’un HLM au 186 rue Nationale à Paris XIII, en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015.
Cette image m’a invité à tenter de mettre en récit le symbole de la Marianne républicaine corrigée par le peintre Obey et régulièrement présentée en arrière-plan par le Président lors des interviews au palais de l’Élysée.

Mon autoportrait sur Facebook en 2015

Mon autoportrait sur Facebook en 2015

Retour arrière : au lendemain du 13 novembre 2015, les internautes sur le réseau Facebook ont superposé le drapeau bleu-blanc-rouge sur leur photo de profil pour soutenir les victimes des attentats. Une fraternité spontanée s’est amplifiée avec internet. Des millions d’anonymes dans le monde se mobilisent pour la France et ses valeurs de solidarité qu’elle véhicule par son histoire et sa culture.

En réalité, dès le 20 novembre 2015, ce projet a été conçu sur son site. De même, la Marianne de 2016 réalisée par Obey sur le mur de l’HLM reprend les codes des réseaux sociaux. Elle intègre le drapeau français en surimpression et ainsi rend hommage au grand mouvement de solidarité propagé dans le monde après les attentats.

Ci-dessous, vous reconnaissez le visage stylisé de la Marianne. La peinture élyséenne est donc un détournement d’une peinture murale « Make ART NOT WAR » qui avait été réalisée par Obey une dizaine d’années plus tôt.

Make Art Not War

Make Art Not War

« Faites de l’Art et pas la Guerre » on pourrait s’interroger sur le slogan de cette peinture : L’art serait-il le meilleur moyen de lutte contre la guerre ? À méditer…  La formule sous-jacente avec « Eyes open – Mind open » dans cette peinture, je la traduis par ouvrir les yeux c’est acquérir des connaissances pour ouvrir des horizons …

Liberte-Fraternite-Obey-01À vrai dire, on peut s’interroger sur cette réutilisation d’une partie de cette peinture. Ainsi, les pinceaux sont réutilisés dans le tableau de l’Élysée. De même, la figure est reprise toujours stylisée en noir et blanc qui à mon sens est un élément important. Il pourrait indiquer le passé et évoquerait que la France est aussi une ancienne nation.
En conclusion, la représentation de la Marianne est une allégorie moderne de la République. Mais la fraternité serait essentielle en étant symbolisée par le drapeau où les cultures seraient le meilleur rempart contre la guerre…

J’espère que vous ne vous êtes pas lassé de mon analyse un peu trop didactique et qu’il vous reste un peu d’énergie pour parcourir mon travail sur le thème des allégories, ci-dessous.

Allégorie de la Démocratie :

Inspiré par cette Marianne dépoussiérée, je vous propose ma toile « Démocratie ».

Tableau : Allégorie sur la démocratie menacée

Tableau de 1m – titre  » Démocratie » – Acrylique

Comme vous pouvez le remarquer, ma très fière Démocratie a été peinte à partir des symboles grecs. Un bel idéal qui malheureusement est de plus en plus menacé par le populisme et l’extrémisme…

 Le désir de vivre

Tableau de Raymond ALTES 100x81 cm - Acrylique - Le désir de vivre

Tableau de 100×81 cm – Acrylique – Le désir de vivre

Les naufrages de bateaux de migrants en méditerranée s’enchainent depuis de nombreuses années. L’Europe s’est construite sur une idée de solidarité et malgré cela elle ferme la porte aux réfugiés des guerres du Moyen-Orient. Pourtant, elle aurait les moyens de gérer les mouvements d’une population en détresse dont le seul but est le désir de vivre en paix. Ce tableau est un cri !

Mémoire

Raymond ALTES ; Tableau de 90x90 cm "Mémoire"

Tableau de 90×90 cm « Mémoire »

Nos souvenirs se déforment pour devenir des images lointaines portées par les cellules de notre cerveau.

Les tubes d’Aladin

Raymond ALTES Tableau de 80x80 cm -Acrylique - Les tubes d'Aladin

Tableau de 80×80 cm -Acrylique – Les tubes d’Aladin

Pour finir avec une note d’humour en image, voici le tableau « les tubes d’Aladin » qui est un triple autoportrait au smartphone, inspiré du célèbre triple portrait de Norman ROCKWELL

Scènes de rue

Des scènes de rue de Brest à Vannes !

Je vous propose ce mois-ci quatre nouvelles scènes de rue.
Mes choix picturaux et plastiques ont été déterminés comme toujours par mes sentiments du moment. En même temps mes tableaux sont mes visions personnelles des spectacles urbains qui nous entourent.

Scène de rue : Brest, rue Siam peinture de Raymond ALTES

Brest, rue Siam – Acrylique sur toile – dimension du tableau : 65×81 cm

Dans un environnement de ville où la beauté des bâtiments s’illumine par l’utilisation d’une palette colorée, des personnages entrent en scène puis s’éloignent sans que leurs intentions nous soient connues. J’aimerais donner à cette banalité de vie quotidienne construite en une seule image, un certain pouvoir d’une narration visuelle …

Scènes de rue : Esplanade du port de vannes, tableau de Raymond ALTES

Pluie fine, Esplanade du Port de Vannes, Acrylique sur toile dimension du tableau : 90×90 cm

Quoi qu’il en soit, j’ai construis ces scènes de rue en énonçant une situation vécue tout en laissant une place importante à l’observateur.

Scènes de rue du Port peinture de Raymond Altès

Rue du Port, Vannes, Acrylique sur toile dimension du tableau : 92×73 cm

Les scènes de rue sont très structurées et sont construites selon des axes horizontaux et verticaux afin d’ouvrir des perspectives à la toile, et ce, pour inciter le spectateur à entrer dans mon espace iconique.

Structure du tableau

Scènes de rue : Port de Vannes, place Gambetta Peinture de Raymond ALTES

Port de Vannes, place Gambetta – Acrylique sur toile – dimension du tableau : 100×50 cm

Par exemple pour ce tableau nous marchons avec ce personnage sur les quais du port de Vannes. Le choix de mettre au premier plan et au premier tiers à gauche, un homme qui n’est pas en entier tenant un quotidien reconnaissable pour les Bretons, constitue un point important. Sur le plan technique, cela définit une verticalité dynamique dans cette toile panoramique qui pourrait devenir statique par sa dimension horizontale.
De plus, ce choix assure un équilibre entre le quai et cette scène de rue de la place Gambetta où des bateaux, dans le port se reflètent dans une eau sans une ride.
Le personnage du premier plan qui marche si près de nous, a une fonction de point de vue dans un récit éventuel. Il pourrait nous entrainer à l’intérieur du tableau afin de construire sa propre narration visuelle. La ligne horizontale du quai au milieu du tableau permet de couper l’espace à droite du personnage en deux afin de renforcer une idée d’un matin calme. Ce caractère de sérénité s’oppose au mouvement des personnages.

Ces 4 tableaux sont disponibles dans ma galerie à http://raymondaltes.com/category/scenes/

Galerie des tableaux avec des détails

Incoming search terms:

  • personnages en perspective

Bonne année 2017

Année 2017 : Carpe diem !

Raymond Altès Quiberon Tableau

Sur les plages de la côte sauvage de Quiberon, carpe diem !

« Profitez de l’instant présent ! »
Eh, oui ! « vivons l’instant présent et cueille le jour sans te soucier du lendemain » citation très connue du grand Horace, nous nous efforçons de nous le rappeler chaque jour. Il est vrai que certains moments de notre existence nous font prendre conscience de la fragilité de la vie et malheureusement, le train de la vie roule excessivement vite sachant que nous ignorons le jour du terminus.
Nous voulons tous donner un sens à notre vie et les réponses sont nombreuses.  Carpe diem, voilà ma philosophie ! Des moments difficiles peuvent nous tomber dessus et dans ces moments-là, il faut se faire plaisir en célébrant simplement l’instant présent et se dire que rien ne dure jamais et enfin appliquer l’adage « croquer la vie à pleines dents ».

Raymond Altès, côte sauvage de Quiberon, tableau. Bonne année 2017

Toujours sur les plages de la côte sauvage de Quiberon, vivre l’instant présent !

A chaque petit moment même le plus banal, profitez ! Profitez d’une petite balade. Admirez la force de la grande houle du large qui s’écrase contre la falaise.  Émerveillez-vous des spectaculaires couleurs d’un ciel rouge se jouant sur les nuages au coucher de soleil.  Découvrez les gris d’un matin où la nature est encore recouverte du givre crépusculaire. Tous ces moments de paix et de petits bonheurs, enregistrez-les dans votre mémoire et si vous avez un appareil photo, n’hésitez pas à les partager avec vos proches. La beauté est autour de vous, il suffit de se rendre disponible pour la remarquer !

Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne année 2017, créative et passionnée. Écoutez vos rêves, réalisez vos envies et avant tout prenez soin de vous.
Amicalement…

Année 2016, terminus !

Pour terminer l’année

Nous allons bientôt nous rassembler avec nos amis et nos proches pour fêter le début d’une nouvelle année. Alors avant de clore 2016, je vous propose une petite rétrospective de mon travail avec un film vidéo en prenant soin de ne pas tomber dans un montage trop long qui pourrait devenir finalement poncif. C’est donc un assemblage d’images fixes de quelques tableaux peints depuis un peu plus d’une année. Si vous le souhaitez, à la fin de ce diaporama vous avez un lien permettant de parcourir un ensemble plus complet de tableaux dans une vidéo bien sûr, plus longue.

Lumière de fête

Pour achever mon propos, voici mes deux derniers tableaux peints pour une exposition en début d’année à Quimper. C’est une petite flânerie en lumière de fête que je vous offre pour vous inviter à découvrir cette très belle ville.

Raymond ALTES tableau sur les quais

Sur les quais ! Acrylique.

Raymond ALTES tableau : Lumière de fête fin d'année 2016

Rue de Kéréon – Lumière de fête. Acrylique

Comme vous l’observez, mon coup de brosse a très peu évolué. J’aime toujours travailler les motifs avec des gestes vifs en m’abstenant d’entrer dans un détail exagérément réaliste. Ainsi, pour faire vibrer la vie en accentuant le mouvement et le relief, les touches demeurent volontairement apparentes, néanmoins j’ai toujours recours à la finesse des techniques académiques comme travailler les teintes délicates en glacis afin d’accrocher la lumière par la transparence des couches de couleurs…

Rendez-vous en 2017 !

Musique et peinture

Entendre la peinture !

Ayant fait quelques études scientifiques, j’aimerais rattacher cette idée de concomitance entre l’art de la musique et l’art de la peinture au grand Isaac Newton.

Newton montre que la lumière blanche est constituée d’une série de  lumières colorées tout en faisant une hypothèse assez étonnante en relation avec la musique. A chaque couleur coïncide une note de musique : sept  couleurs : violet, indigo, bleu, vert, jaune, orange,  rouge correspondent à la gamme do, ré, mi, fa, sol, la, si.
Cette idée de mise en relation plutôt singulière entre les notes de musique et les couleurs obtenues par décomposition est une idée assez neuve pour 1672, mais curieuse, car sans aucun fondement scientifique !
Au demeurant à la même époque (17e siècle), beaucoup d’artistes peintres ne négligeaient pas le thème de la musique. Voici donc un tableau « Aveugle jouant de vielle » d’un artiste peu connu du grand public Georges De La Tour. J’ai pu voir cette toile au musée du Prado et j’aimerai l’analyser avec vous.

Aveugle jouant de la vielle, Georges De La Tour, Musée du Prado

Aveugle jouant de la vielle, Georges De La Tour, Musée du Prado

En faisant une recherche sur internet, j’ai été étonné que le thème du musicien ait été abordé au moins quatre fois par De La Tour. Est-ce que ce thème récurrent serait une volonté du peintre pour traiter la symbolique de l’art de la musique et l’art de peindre ?
Pour en revenir au tableau, l’artiste présente un aveugle de profil jouant de la vielle. Quelle serait l’intention de l’auteur ? Nous décrire une scène de vie quotidienne ou nous emporter vers une allégorie sur la musique. J’aime croire cette deuxième version.

Détail du visage

Détail du visage

Le cadrage de profil sur fond noir du visage de l’aveugle est assez significatif : il se détourne du spectateur sans retenue. De toute évidence pour nous montrer que le sujet du tableau n’est pas simplement une image de la vie, mais qu’il pourrait s’agir d’autre chose.

 

 

 

Détail de la vielle (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Détail de la vielle (cliquez sur la photo pour l’agrandir)

A partir du milieu du tableau, l’instrument est décrit dans ses moindres détails par la lumière soutenue et la précision du dessin.

 

 

 

 

J’aime à penser que l’intention de La Tour était de nous faire entendre son tableau. Il est clair que pour moi le véritable sujet est le son de la vielle que nous percevons au travers des choix picturaux. Bien sûr, cela n’est possible qu’à condition de mobiliser notre imagination à ressentir la présence d’une esthétique qui va au-delà de la simple représentation.

La musique dans l’art abstrait

Wassily Kandinsky est considéré comme l’un des fondateurs de la peinture abstraite. Il est reconnu comme l’un des peintres qui trouvaient son inspiration par la musique.

« Les couleurs sont les touches d’un clavier, les yeux sont les marteaux, et l’âme est le piano lui-même, aux cordes nombreuses, qui entrent en vibration » citation tirée de l’ouvrage « Du Spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier » écrit par Kandesky en 1911.

Kandinsky est soupçonné de faire partie des personnes qui obtiennent des perceptions colorées lorsqu’ils entendent des sons. Ce phénomène neurologique rare est appelé la synesthésie où deux sens comme l’ouïe et la vue se sont associés. C’est en quelque sorte une capacité à entendre les couleurs !

Impression III (Concert) - Wassily Kandinsky - 1911

Impression III (Concert) – Wassily Kandinsky – 1911

Ce tableau Impressions III (Concert) a été peint par Kandinsky peu de temps après avoir assisté au concert d’Arnold Schönberg en 1911. Cette peinture qui conserve quelques éléments figuratifs est intéressante, car elle matérialise l’impression générale d’un concert avec des outils picturaux. D’abord, le jaune qui envahit pratiquement toute la toile par la diagonale était pour le peintre la représentation de sons aigus. Le public cerné par des traits noirs est transporté en va-et-vient par la musique en diagonale de bas en haut. La grande forme noire est très reconnaissable comme étant un piano à queue en biais semble flotter dans la scène jaune avec des stries bleues pour amplifier le son jusqu’à devenir rouge… C’est de cette manière à l’aide de quelques signes reconnaissables que Kandinsky nous retranscrit une perception musicale en une peinture où la couleur nous fait entendre les notes, si bien sûr, notre imagination accepte de jouer le jeu !

Pour en savoir plus sur l’oeuvre de Kandinski avec une excellente vidéo : cliquez ici

Deux de mes tableaux influencés par thème de la musique

La violoniste ou  comment ne pas avoir envie de tenter de traduire une musique comme le triple concerto de Beethoven ou le concerto pour violon n3 de Mozart aussi sublime avec un peu de couleur ? Ce tableau est aussi visible dans la galerie à la page ci-après.

La violoniste par Raymond Altès

La violoniste, Acrylique, dimension 100 x 81 cm

Et puis du Swing avec des danseurs esquissant des figures plus ou moins acrobatiques où la gestuelle des bras a une très grande importance !

Le Swing Jazz, Peinture de Raymond Altès

Ça swing avec le le Jazz, Acrylique sur toile de lin, 81×54 cm