Peindre la rue

La rue comme un lieu d’art…

Les balades dans les rues sont des moments agréables où l’on découvre le vrai visage de notre société. Mais pour cela, il faut savoir lutter contre l’indifférence du flux urbain en prenant le temps par exemple de regarder le spectacle permanent des promeneurs qui déambulent le long des commerces. Il suffit de braquer les yeux sur la rue un peu comme le réaliserait le cinéma en employant un grand travelling pour accompagner avec délice la scène de la rue et de ses habitants.

Scène de rue et effet miroir

Scène de rue et effet miroir – huile sur toile – 73×50 cm

Je vous invite à vous immerger dans ces ambiances de vitrines lumineuses qui souvent s’avèrent pleines de surprises plastiques. Parfois surgissant du réel apparaît un vrai spectacle esthétique nous offrant une nouvelle perspective du quotidien. Dans ce tableau, ci-dessus, un jeu de miroir façonne la réalité dans une écriture artistique inattendue.

La rue et la jeune femme aux collants noirs

La rue et la jeune femme aux collants noirs – huile sur toile de lin – 73×50 cm

Ce tableau reflète la relation étroite que nous avons avec nos téléphones portables. La femme aux collants noirs retourne certainement vers des activités quotidiennes en tapant sur son Smartphone sans un regard à l’égard de ce qui l’entoure.
Ces deux tableaux constituent des représentations liées à notre environnement urbain dans lequel nous vivons. Cette peinture est avant tout un moyen d’illustrer un monde où notre réalité se révèle notamment par une soumission à une quotidienneté et à une vie matérielle.

La violoniste

Tableau : La violoniste – Huile au couteau sur toile de lin – 73x6O cm

Parfois au détour d’une rue, une musicienne vous transporte dans un autre monde. Votre trottoir se transforme alors en une salle de concert à ciel ouvert. Vous accédez à un autre univers composé de notes harmonieuses à l’opposé de l’univers urbain constitué d’un son saturé par la pollution automobile.

Détails des trois tableaux

Incoming search terms:

  • femme dans rue tableau
  • femmes en peinture au couteau

Si cet article a retenu votre attention, vous pouvez le partager avec vos amis sur les réseaux sociaux à partir des boutons ci-dessous. Par avance merci.


4 réflexions au sujet de « Peindre la rue »

  1. Denise

    Bonjour Raymond, je suis admirative devant tes toiles de rues et la violoniste. C’est de toute beauté. Si on prend le temps de regarder et de s’imprégner de la rue, on surprend beaucoup de belles choses. J’aime beaucoup.
    Mes amitiés.

    Répondre
    1. Raymond Auteur de l’article

      Merci Denise, concernant la violoniste ce qui m’a amusé c’est de composer un fond plutôt abstrait qui se mêle avec l’attitude de l’artiste.

      Répondre
    1. Raymond Auteur de l’article

      Merci Les Caphys, dans le tableau la jeune-femme aux collants noirs, je crois que j’ai été timide dans le format, j’aurais dû utiliser une toile d’au moins 1,50 m de haut (c’est à dire le double), voire 2m pour se rapprocher de l’échelle 1 afin de renforcer l’interaction avec l’observateur : le smartphone est un peu trop anecdotique avec ce format…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 − six =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>