Autoportrait – grand format

Une peinture récente : un autoportrait grand format

La plupart du temps, nous nous contentons, en peinture, d’une représentation aux dimensions modestes. Le motif peint est plus petit que la réalité. L’effet visuel est relativement habituel : le sujet est alors dominé par l’observateur. Le point de vue est obligatoirement externe. L’exercice ici, consiste à tenter de réduire la distance entre celui qui regarde et le modèle. Il s’agit par conséquent d’inverser cette perspective pour renforcer l’intensité de l’expression en y apportant plus d’énergie. 

Autoportrait : Peinture en situation

Cette photo a été prise pour présenter les proportions

Pour tenter cette approche, pourquoi ne pas peindre un portait qui ne se conforme pas aux proportions de la réalité, sans aller jusque dans le gigantisme ? Voilà mon point de départ. En outre, il est essentiel d’éliminer tous les accessoires inutiles, afin d’augmenter la proximité entre l’observateur et le sujet.  L’arrière-plan est simplifié au maximum en essayant de faire « surgir » le modèle. Les traits obliques ont ici la fonction de mettre le portrait en mouvement  à seule fin de se rapprocher du spectateur. Le cadrage très rapproché doit donner une impression de familiarité dans l’intérêt de dialoguer avec l’observateur.

Autoportrait : Le portrait

Avoir l’œil qui frise

Chaque portraitiste, un jour doit éprouver le besoin de peindre grand, avec l’intention de mieux transcrire certains éléments essentiels qui composent un caractère.
Étant donné qu’il est très difficile d’avoir un modèle, l’autoportrait s’est imposé comme une solution commode.
Est-il possible de mieux représenter une facette d’un personnage, en mettant l’accent sur la proximité, par des dimensions imposantes de la toile et en resserrant le cadrage ?

… mais déjà l’œil qui frise et la lèvre qui sourit pour séduire et mentir. — Philippe Labro, Un début à Paris, Folio, p. 199

En réalité, je me suis efforcé à me représenter avec une attitude attentive, étonnée et un peu rude en me concentrant sur un seul trait : le regard « l’œil qui frise » pour reprendre la citation ci-dessus.
Les traits ont été durcis par des touches agressives. Le choix de la palette a été simplifié pour diminuer les nuances. La peinture a été placée à coup de pinceau sans essayer d’adoucir le geste. Elle est utilisée en épaisseur en une matière façonnée dans le frais (on ne laisse pas la peinture de sécher entre deux passages).

Autoportrait : Le regard

Gros plan sur le regard

 

Si cet article a retenu votre attention, vous pouvez le partager avec vos amis sur les réseaux sociaux à partir des boutons ci-dessous. Par avance merci.


8 réflexions au sujet de « Autoportrait – grand format »

  1. Christophe

    Bah je suis impatient de voir le tableau…et l’original pour dire tout le bien que j’en pense. Tonton t’assures graaavvvveeee!!!!!!

    Répondre
  2. Paulette

    Ce chef d’œuvre de peinture fait ressortir dans le regard de l’auto portrait l’énigme des pensées du peintre.
    Belle réussite ,bravo l’artiste

    Répondre
  3. LOU

    Voilà un élément de votre « profil » qui me plaît bien ! je me suis essayée à la peinture (aquarelle, puis huile). J’ai arrêté malgré le potentiel que je devrais développer, mais ce n’est plus le sujet du moment, à mon grand regret. Ceci dit, je n’arrive pas à me limiter à un petit format. Je ne suis à l’aise que sur du grand (raisonnable, il va de soit). Je vous conseille de passer chez colorsandpastel, j’aime beaucoup… J’ai un auto portrait, essai réaliser en atelier de dessin, il faudra que je le dépose, un jour dans ma galerie Flickr…
    Merci pour votre passage, à vous revoir et à revenir vous voir… ;)

    Répondre
    1. Raymond Auteur de l’article

      Merci pour votre petit mot, j’ai découvert votre site aujourd’hui avec grand plaisir. Merci pour le site colorsandpastel, la mer est très représentée, j’apprécie, étant un passionné de la navigation..
      J’ai refait quelques autres grands formats, je les déposerai prochainement, certainement…

      Répondre
  4. Denise

    Votre autoportrait, Raymond, est des plus réussi et votre regard très expressif. C’est une toile magnifique. Toutes mes félicitations car cela ne doit pas être évident.
    Cordialement ;-)

    Répondre
    1. Raymond Auteur de l’article

      En réalité, je mets plusieurs jours à imaginer une situation ou une idée ici « l’œil qui frise » ; après quoi je fais plusieurs esquisses rapides. Et puis un jour, je me lance et exécute assez rapidement le tableau après un dessin assez précis sur la toile. Parfois, ça rejoint mon inspiration, mais souvent la peinture est mise en attente pour être retravaillée. Actuellement, je m’acharne, sur un portrait, rien n’en sort… C’est généralement laborieux… mais sans oublier l’objectif essentiel : se faire plaisir en créant une huile selon mes envies.
      Très cordialement

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 + = quatorze

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>