Archives de l’auteur : Raymond

Le mystère de la foule !

Expositions

Encore 2 jours et je signe la clôture de ma dernière expo d’été, le 9 août. Les vacances et les expositions parfois loin de chez moi ne m’ont pas permis de travailler ma peinture comme je l’aurais voulu.
De nombreuses expositions temporaires demeurent visibles jusqu’à la fin du mois, en Bretagne … à moi, d’en profiter !
Pour n’en citer que quelques-unes que je ne raterais pas :
Chagall à Landerneau « de la poésie à la peinture »  300 oeuvres ont été réunies pour redécouvrir le parcours d’un artiste inclassable.
-Musée de Quimper :  » Autoportraits du musée d’Orsay » en suivant les grands courants des avant-gardistes : les Réalistes, les Impressionnistes, les Cloisonnistes, les Nabistes, les Symbolistes…
Le festival de la photo la Gacilly en extérieur : le thème présenté Hommage à photographie japonaise.
Le nouveau Musée de Pont Aven : Après 3 ans de rénovation, le musée a ouvert ses portes fin mars avec bien sûr un parcours autour de l’école de Pont Aven. À ne pas manquer : Madeleine au Bois d’Amour d’Emile Bernard du musée d’Orsay.

Scène de foule

Je viens de reprendre mes pinceaux. Cette fois-ci, je vous propose une scène urbaine d’une foule qui avance comme une entité, comme un tout vers un lieu sombre certainement mystérieux mais sans être inquiétant.

Tableau de Raymond Altès "Le mystère de la foule"

« Le mystère de la foule » acrylique sur toile 60×73 cm

C’est donc par un travail de la composition, de la lumière et de la couleur que j’ai voulu faire ressentir un aspect de solitude.
« Emporté par un groupe d’individus » peut devenir propice à l’émergence d’un sentiment intérieur de solitude. La foule constitue un véritable creuset pour se sentir perdu ou seul ! Sentiment paradoxal !

Dans la majorité des cas, nous avons besoin de sentir la présence des autres, mais parfois trop de présences autour de nous, cela peut nous gêner. Il nous arrive alors de nous sentir oppressés, prisonniers voire compressés au milieu d’une foule (dans le métro, par exemple).

Toute notre vie, nous cherchons à nous accomplir, à trouver un sens à notre vie, à avoir des contacts avec nos semblables et pourtant nous nous sentons souvent très seuls, très petits au milieu de cet ensemble d’humains agissant comme une entité comme un tout … comme une foule !

Peut-être que ce tableau vous évoquera la célèbre chanson de Piaf :
« Emportés par la foule qui nous traîne
Nous entraîne
Écrasés l’un contre l’autre
Nous ne formons qu’un seul corps
Et le flot sans effort
Nous pousse, enchaînés l’un et l’autre
Et nous laisse tous deux
Épanouis, enivrés et heureux.

Entraînés par la foule qui s’élance
Et qui danse

Une folle farandole
Nos deux mains restent soudées
Et parfois soulevés
Nos deux corps enlacés s’envolent
Et retombent tous deux
Épanouis, enivrés et heureux.. »

Petit diaporama montrant les détails du tableau :

Incoming search terms:

  • peinture de foule

Jeux de plage

Jeux d’enfants sur une plage cet été

C’est un joli thème « les jeux de plage » proche de mon quotidien que j’ai voulu traduire dans ces différentes toiles en format carré de 30×30 cm.
Allongé sur une serviette au bord de l’eau, nous avons tous notre façon de percevoir l’esthétique des scènes de famille accompagnée d’enfants portant pelle et seau le long de l’écume.
Les attitudes des enfants en train de modeler le sable mouillé, en particulier, me fournissent des motifs très colorés en contraste avec le bleu de l’océan toujours en contre-jour avec l’idée de produire une vibration lumineuse, car la lumière joue un rôle important pour créer une composition épurée. La plupart du temps, mon point de vue est à la hauteur des yeux de l’adulte debout ce qui me permet de supprimer l’horizon afin de simplifier le dessin. Un peu comme pris sur le vif, le sujet veut dépeindre à chaque fois une scène emblématique des jeux de plage.

Tableau dans la série de jeux de plage deRaymond Altés

Je dois remplir mon seau !

Cette enfant au bord de l’eau remplit consciencieusement son seau. Le sable mouillé sera certainement à l’origine de la construction d’un beau château.

Tableau dans la série des jeux de plage de Raymond Altès

Château de sable

Deux couleurs pour cerner le dessin. : la couleur de la peau comme celle du sable s’oppose au bleu immense de la mer. Ceci afin d’isoler les enfants dans leur jeu. La gamme restreinte des tonalités permet aussi de réduire tout effet de profondeur. La logique d’une peinture aplatie permet de privilégier le geste des enfants.
Maintenant que je vous ai apporté quelques clés dans mes choix picturaux afin de mieux comprendre mes tableaux, voici d’autres instantanés que je vous offre en attendant vos prochaines vacances.

Tableau dans la série des jeux de plage de Raymond Altès

Pêche à la ligne

Je crois que je peux dire que nous avons tous connu cette charmante expérience de pêche à la ligne, les pieds dans l’eau !

Tableau dans la série des jeux de plage de Raymond Altès

Comme un oiseau, je plane …

Les enfants adorent courir avec de l’eau jusqu’aux genoux en criant, s’éclaboussant et luttant pour ne pas tomber.

 

Tableau de Raymond Altès

Remplir son seau !

Parfois, c’est la simple joie du contact de l’eau sur leur corps ou des expérimentations pour maitriser la force des vaguelettes qui pousse l’enfant à rentrer dans l’eau.

Tableau dans la série des jeux de plage de Raymond Altès

L’eau est trop froide !

L’eau est toujours fraîche en Bretagne lorsque la vague mouille votre ventre… Mais une fois dans l’eau, elle est bonne !!!

Tableau de Raymond Altès

Remplir le seau !

Remplir son seau de sable mouillé puis le retourner pour en faire un pâté, quelle joie et quelle expérience !

Tableau des jeux de plage de Raymond Altès

Mon seau est plein !

Le seau est si lourd lorsqu’il est plein !

Présentation des tableaux pour l’expo de cet été.

Tous les petits carrés seront exposés cet été autour d’un grand carré de 60 par 60 cm.

Dans la série des jeux de plage mise en scène de Raymond Altès

Mise en scène des petits carrés

Voici le grand carré présenté séparément

 

Tableau de Raymond Altès

Grand Carré : Jeux de plage

En cliquant ici, vous pouvez retrouver les tableaux dans ma galerie virtuelle

Couleurs

Saisir l’instant pour raconter

Comme vous l’avez vu souvent dans mes autres tableaux, j’aime cueillir des empreintes du temps qui passe. Ce qui est intéressant lorsqu’on choisit de peindre un instantané c’est de faire éprouver à l’observateur une sensation de l’instant d’avant et de l’instant d’après. Si la scène figée est réussie, le spectateur s’introduit dans la pensée du peintre pour découvrir une tranche de vie.

L’instant nous offre des formes, des couleurs, des sensations… L’essentiel pour un peintre !

« Petits pas dans l’écume »

J’ai apprécié de peindre le sujet d’une petite chorégraphie, en compagnie d’une écume sous les falaises de la côte sauvage de Quiberon. Peut-être, aurez-vous envie le week-end prochain de mouiller vos pieds ?

Couleur  : Petits pas dans l'écume Quiberon Tableau de Raymond Altès

Petits pas dans l’écume Quiberon dimension 73×50 cm

La danse de cette femme avec la vague est un de mes derniers tableaux réalisés au début avril. A cette époque, la mer est très froide, pourtant la jeune femme chaussures à la main, n’a pas hésité à mouiller ses pieds. Ressentez-vous le frisson qui parcours son corps, la sensation du sable et de l’eau qui glisse sous ses pieds ?  Un vrai bonheur !
J’aime capter l’essentiel, dévoiler la beauté de la nature, faire éprouver les émotions du moment, et ainsi apporter un instant de vérité à l’observateur.

 Couleur émotionnelle vs couleur constructive

J’ai voulu une représentation très épurée en équilibre avec la falaise et l’océan. J’ai travaillé principalement l’harmonie des couleurs avec un ciel gris dans des tons jaunes, une falaise illuminée par un soleil rasant aux valeurs chaudes et une femme au blouson rouge, avec l’intention de créer une atmosphère sereine et fascinante et d’obtenir ainsi énergie et fraicheur. Je me suis donc éloigné d’une reproduction fidèle des couleurs avec l’intention qu’elles se répondent au sein de la composition. La couleur a ici un usage émotionnel, voire expressif, au détriment du réalisme.
Dans mes autres paysages, la couleur est choisie selon une conception plus classique c’est-à-dire avec l’idée de construire le cadre pour créer une illusion de perspective. Les couleurs froides situent les objets vers le fond de l’espace alors que les couleurs chaudes servent à les tirer vers l’avant. Ici je n’ai pas respecté cette loi de base du réalisme, car j’ai voulu imprimer une sensation émotionnelle, une idée abstraite.

Pour illustrer mon propos, voici deux grands maîtres qui ont travaillé selon ces deux grands principes opposés et complémentaires.

Paul Cézanne compose son tableau en utilisant la couleur pour situer les objets dans l’espace. Les oranges et les jaunes en avant, alors que les bleus et les violets au fond pour soutenir l’illusion de perspective. Sa maîtrise va bien sûr au-delà de l’usage des règles classiques. Il crée par la couleur des formes et des volumes ! La juxtaposition des couleurs structure le modelé en des formes simples comme le cube, le cône, la sphère… La couleur s’unit aux formes pour restituer la beauté des objets et l’émotion du paysage. C’est un exemple de la couleur constructive.

paul-cezanne-la-montagne-sainte-victoire

Paul Cézanne La montagne Sainte-Victoire

 

Vincent Van Gogh est moins concerné par une construction académique de l’espace. Il souhaite dans ce tableau ci-dessous, traduire l’atmosphère chaude d’une fin de journée. Pour cela, il utilise une opposition simple entre le violet et l’orange. Il s’affranchit des nuances et préfère employer des couleurs franches et intenses comme le jaune du champ de blé et du ciel. Il imprime sa vision, sa sensibilité au paysage. C’est un exemple de l’usage expressif de la couleur. La couleur n’est plus prisonnière de la représentation de l’espace perçu par l’œil.

Le Semeur  Vincent Van Gogh

Le Semeur Vincent Van Gogh

 « La couleur n’est rien si elle n’est pas convenable au sujet et si elle n’augmente pas l’effet du tableau par l’imagination. » Eugène Delacroix. source

Aquarelle, une figuration de l’instant.

Dans ce deuxième tableau, j’ai voulu saisir l’instant du réveil.
L’aquarelle est pour moi un fantastique outil pour saisir l’instantané, un peu comme le ferait le photographe, mais en ayant en plus le plaisir de s’affranchir du réel absolu et pour ne s’intéresser avant tout qu’au réel de l’affect.

Couleurs transparentes : Femme endormie ou l'instant du réveil, tableau de Raymond Altès

Femme endormie, ou l’instant du réveil Aquarelle 33×48 cm

Invitation

Comme je vous l’avez annoncé dans un un de mes billets précédents, je présenterai plusieurs toiles du 22 avril au 3 mai. Je serais heureux de vous accueillir pour cette exposition collective. Le vernissage est prévu le samedi 23 avril à 11 h.

Raymond Altès : Invitation exposition Les arbres

Invitation exposition Les arbres

Galerie des détails

Figuratif, narratif

Figuratif et narratif

Le figuratif renvoie à quelque chose d’identifiable dans le monde réel. Il est principalement la représentation de ce que l’on voit et souvent s’oppose à l’art abstrait qui emprunte des éléments du réel comme les formes, les lignes et les couleurs tout en échappant à la représentation du monde extérieur.
La représentation narrative est plus subtile, car elle renvoie à un monde intérieur celui de la pensée de l’auteur tout en se servant du réel. Si bien que des idées sont couramment représentées à partir des objets du quotidien.

Petite digression : la peinture figurative tient, quoiqu’on se le dise, une place très confortable dans les musées alors qu’elle est souvent mise à l’écart dans les expositions d’art contemporain. Je regrette cet état avec certainement un peu de naïveté ! Il faut aujourd’hui pour pouvoir exposer un tableau figuratif, avoir de nombreux alibis intellectuels.

Comme vous le verrez ci-dessous, mon inspiration est variée, même si l’on identifie des constantes comme des scènes de paysages ou urbaines,  des marines, des portraits et des nus. Je dessine souvent un peu de tout et parfois, certains de mes dessins se transforment en une toile.

Dans chacune de mes peintures, je m’efforce de capturer une certaine réalité, un peu comme le ferait un photographe. Rarement, l’instantanéité d’une photo peut décrire parfaitement ma pensée. La peinture alors figurative prend le relais et donne du sens au cadre par mes choix.

Deux scènes de rue

« Entre Rouge et gris » : vous aurez à découvrir autre chose qu’un jeu de couleurs et de personnages, tout au moins je l’espère. (visible aussi à l’adresse de la galerie : http://raymondaltes.com/entre-rouge-et-gris/ )

Peinture de Raymond Altes titre "Entre rouge et gris"

Entre rouge et gris

En travaillant à nouveau les verticales, ce deuxième tableau « Le kiosque de l’esplanade au Port de Vannes » met en scène des groupes de personnages attablés à la terrasse du café

Raymond Altès Tableau figuratif Kiosque au port de Vannes

Kiosque Esplanade du port de Vannes

Deux scènes de mer

La première est un vieux souvenir de mon atterrissage dans à Nazaré (Portugal). Nous étions deux à bord du voilier Lady Quattro. Après un coup de vent, la mer était encore très grosse et bien sûr, la houle d’ouest déferlait à l’entrée du port. Nous étions sur le point de faire demi-tour et sans l’aide de l’équipage des bateaux de pêche nous désignant un passage plus calme entre deux rouleaux, nous ne serions pas rentrés. Impressionnant !

Peintures de Raymond Alès : Vagues à Nazaré

Vagues à Nazaré

Nous voici donc, à la grande marée du mois de mars devant la chapelle de Penvins dans le Morbihan. Naturellement, avec les grands coefficients, nous mettons nos bottes, prenons paniers et fourchettes et partons  en famille à la découverte de ce que la mer a bien voulu nous laisser…

Tableau de Raymond Altès Grande marée

Grande marée à Penvins, près de la chapelle Notre-Dame-de-LaCôte

Deux nus figuratifs

Ulysse ne succomba pas à la belle Calypso (un récit ici)… En relisant cet épisode qui fait suite au naufrage d’Ulysse, j’ai eu envie de faire travailler mon imaginaire et de créer une belle Calypso.

Tableau figuratif de Raymond Altès : Calypso

Calypso

« Sans voile » est un tableau bien sûr figuratif sans être d’un réalisme rigoureux. Ici, j’ai exploré la plasticité  du corps en employant différentes tonalités autour du rouge. La couleur ondule en suivant les formes pour souligner une certaine sensualité.

Peinture de Raymond Altès nu :Sans voile

Sans voile

Galerie des détails des tableaux

 

Peintures du mois de février

Les trois peintures que je vous propose ce mois-ci sont sur le thème des arbres dans la forêt. J’ai eu l’intention dans ces toiles d’exprimer une relation entre les êtres humains et l’ambiance des sous-bois. J’ai donc joué entre réalisme et symbolisme en plaçant le sujet dans un espace réel pour créer un contexte ou un récit souvent romantique. J’ai inclus l’idée de l’amour et du rêve. J’ai souhaité introduire une certaine ambigüité entre réalité et pensée intérieure pour susciter des émotions esthétiques.

Tableau de Raymond Altès - nu

Fantasme Huile et Acrylique sur toile de lin de dimension 73×50 cm

Pour ce nu, le contexte des feuilles d’automne a été décisif dans la surface peinte. Il fallait un peu comme le pointillisme? peindre au couteau le feuillage autour du corps par petites touches dans des tons chauds. Dans un espace sans voyeurisme pernicieux, le nu allongé au pied de l’arbre devait incarner l’érotisme avec naturellement un désir de dominer et de posséder une femme par l’esprit.

Raymond Altès tableau "Rêve"

Rêve Acrylique et huile sur toile de lin 60×60 cm

Pour celui-ci, le visage féminin devait se mêler avec les branches et les arbres pour donner l’apparence d’une surimpression. Je voulais explorer ce que je ressens du monde qui m’entoure en faisant ressurgir de vieux souvenirs des grandes balades en forêt.

Peintures de Raymond Altès : La joggeuse

La joggeuse Huile sur toile de lin 73×60 cm

Pour la joggeuse dans les sous-bois, j’ai emprunté une scène de vie quotidienne. Mais au-delà de cette représentation, dans les lumières du jour naissant, j’ai voulu exprimer le début d’une nouvelle vie qui renait chaque matin.

Tous les tableaux sont maintenant rassemblés dans un site ayant la forme d’une galerie virtuelle dont l’adresse (le domaine) devrait être facile à retenir puisqu’elle porte mon nom avec l’extension .com :

raymondaltes.com 

Bonne visite, n’hésitez pas à me laisser un petit message.

Galerie-Raymond-Altes

Tableau avec des gros plans