Archives mensuelles : juin 2018

Processus créatif !

Il est toujours difficile de caractériser sa propre peinture, mais j’aime à dire que la toile doit avoir le pouvoir d’évoquer une émotion.
Dans une œuvre finale, il faut distinguer deux parties dans le processus créatif :

Une première partie très technique, évidemment cette partie peut s’enseigner dans les écoles de peinture. Elle se définit par le dessin, la couleur et bien entendu la composition qui est un code socioculturel. La composition permet de mettre en relation les parties avec le tout. Quand vous regardez une toile de Kandinsky ou de Gauguin, il y a une organisation précise qui en fait déjà une singularité, une signature reconnaissable !

Paris, jour d'après ! Tableau de Raymond ALTES

Paris, jour d’après ! Tableau acrylique – Dimension 100×100 cm

Dans ma toile ci-dessus, j’ai cherché à appliquer cette règle de composition. J’ai voulu mettre en place une relation forte entre les parties et le tout. Cette organisation était primordiale pour évoquer mes idées sur les conséquences du changement climatique.

L’autre aspect créatif qui est, à mon avis, la partie la plus importante est le pouvoir évocateur ou le pouvoir émotionnel d’une œuvre. Cette émotion singulière est complètement inconsciente et pourtant elle est primordiale ! Lorsque je peins une toile, je pressens quelque chose que j’ai du mal à verbaliser. Ce ressenti est primordial, au point que certains artistes ne privilégient que ce domaine notamment les peintres de l’art abstrait. L’une des maximes les plus connues « L’art ne produit pas le visible, il le rend visible » de Paul Klee. Il propose par sa peinture abstraite une autre vision du monde qui n’est pas une copie du monde visible.

Raymond-Altes-Tableau : Balade à marée descendante

Balade à marée descendante, Acrylique 46×38 cm

Dans ce tableau, ce n’est pas une copie du réel que j’ai peint. Après de nombreux essais parfois sentis, intuitifs et pressentis, j’ai essayé de transcrire ce que je ressens lorsque je me promène au bord de l’eau avec une nature tourmentée.

L’artiste se distingue de l’artisan. Il crée autre chose qu’une « photocopie » du réel. L’artiste nous montre alors une image qui est une interprétation de sa réalité.
Le ressenti, l’intuitif, la subjectivité sont l’essentiel dans une peinture ! Pour moi, susciter dans une œuvre une certaine joie ou s’interroger sur le réel devient primordial et peu importe la maitrise parfaite de la technique !

Tableau de Raymond ALTES : Marée descendante-

« Marée descendante » 100×100 cm – Acrylique