Archives mensuelles : novembre 2016

Musique et peinture

Entendre la peinture !

Ayant fait quelques études scientifiques, j’aimerais rattacher cette idée de concomitance entre l’art de la musique et l’art de la peinture au grand Isaac Newton.

Newton montre que la lumière blanche est constituée d’une série de  lumières colorées tout en faisant une hypothèse assez étonnante en relation avec la musique. A chaque couleur coïncide une note de musique : sept  couleurs : violet, indigo, bleu, vert, jaune, orange,  rouge correspondent à la gamme do, ré, mi, fa, sol, la, si.
Cette idée de mise en relation plutôt singulière entre les notes de musique et les couleurs obtenues par décomposition est une idée assez neuve pour 1672, mais curieuse, car sans aucun fondement scientifique !
Au demeurant à la même époque (17e siècle), beaucoup d’artistes peintres ne négligeaient pas le thème de la musique. Voici donc un tableau « Aveugle jouant de vielle » d’un artiste peu connu du grand public Georges De La Tour. J’ai pu voir cette toile au musée du Prado et j’aimerai l’analyser avec vous.

Aveugle jouant de la vielle, Georges De La Tour, Musée du Prado

Aveugle jouant de la vielle, Georges De La Tour, Musée du Prado

En faisant une recherche sur internet, j’ai été étonné que le thème du musicien ait été abordé au moins quatre fois par De La Tour. Est-ce que ce thème récurrent serait une volonté du peintre pour traiter la symbolique de l’art de la musique et l’art de peindre ?
Pour en revenir au tableau, l’artiste présente un aveugle de profil jouant de la vielle. Quelle serait l’intention de l’auteur ? Nous décrire une scène de vie quotidienne ou nous emporter vers une allégorie sur la musique. J’aime croire cette deuxième version.

Détail du visage

Détail du visage

Le cadrage de profil sur fond noir du visage de l’aveugle est assez significatif : il se détourne du spectateur sans retenue. De toute évidence pour nous montrer que le sujet du tableau n’est pas simplement une image de la vie, mais qu’il pourrait s’agir d’autre chose.

 

 

 

Détail de la vielle (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Détail de la vielle (cliquez sur la photo pour l’agrandir)

A partir du milieu du tableau, l’instrument est décrit dans ses moindres détails par la lumière soutenue et la précision du dessin.

 

 

 

 

J’aime à penser que l’intention de La Tour était de nous faire entendre son tableau. Il est clair que pour moi le véritable sujet est le son de la vielle que nous percevons au travers des choix picturaux. Bien sûr, cela n’est possible qu’à condition de mobiliser notre imagination à ressentir la présence d’une esthétique qui va au-delà de la simple représentation.

La musique dans l’art abstrait

Wassily Kandinsky est considéré comme l’un des fondateurs de la peinture abstraite. Il est reconnu comme l’un des peintres qui trouvaient son inspiration par la musique.

« Les couleurs sont les touches d’un clavier, les yeux sont les marteaux, et l’âme est le piano lui-même, aux cordes nombreuses, qui entrent en vibration » citation tirée de l’ouvrage « Du Spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier » écrit par Kandesky en 1911.

Kandinsky est soupçonné de faire partie des personnes qui obtiennent des perceptions colorées lorsqu’ils entendent des sons. Ce phénomène neurologique rare est appelé la synesthésie où deux sens comme l’ouïe et la vue se sont associés. C’est en quelque sorte une capacité à entendre les couleurs !

Impression III (Concert) - Wassily Kandinsky - 1911

Impression III (Concert) – Wassily Kandinsky – 1911

Ce tableau Impressions III (Concert) a été peint par Kandinsky peu de temps après avoir assisté au concert d’Arnold Schönberg en 1911. Cette peinture qui conserve quelques éléments figuratifs est intéressante, car elle matérialise l’impression générale d’un concert avec des outils picturaux. D’abord, le jaune qui envahit pratiquement toute la toile par la diagonale était pour le peintre la représentation de sons aigus. Le public cerné par des traits noirs est transporté en va-et-vient par la musique en diagonale de bas en haut. La grande forme noire est très reconnaissable comme étant un piano à queue en biais semble flotter dans la scène jaune avec des stries bleues pour amplifier le son jusqu’à devenir rouge… C’est de cette manière à l’aide de quelques signes reconnaissables que Kandinsky nous retranscrit une perception musicale en une peinture où la couleur nous fait entendre les notes, si bien sûr, notre imagination accepte de jouer le jeu !

Pour en savoir plus sur l’oeuvre de Kandinski avec une excellente vidéo : cliquez ici

Deux de mes tableaux influencés par thème de la musique

La violoniste ou  comment ne pas avoir envie de tenter de traduire une musique comme le triple concerto de Beethoven ou le concerto pour violon n3 de Mozart aussi sublime avec un peu de couleur ? Ce tableau est aussi visible dans la galerie à la page ci-après.

La violoniste par Raymond Altès

La violoniste, Acrylique, dimension 100 x 81 cm

Et puis du Swing avec des danseurs esquissant des figures plus ou moins acrobatiques où la gestuelle des bras a une très grande importance !

Le Swing Jazz, Peinture de Raymond Altès

Ça swing avec le le Jazz, Acrylique sur toile de lin, 81×54 cm