Archives mensuelles : octobre 2014

Amorgos

Amorgos, une île pour randonneurs !

Nous sommes arrivés à Aegiali (Egiáli), au nord de l’île par bateau depuis Astypaléa (île du Dodécanèse). Notre première impression a été de découvrir une petite station balnéaire autour d’une plage de sable fin sans être défigurée par d’immenses hôtels.

Amorgos : Baie d'Aigiali

Amorgos : Baie d’Aigiali

Présentation rapide

L’île est située à l’Est des Cyclades. C’est une île de passage et de communication entre le Dodécanèse et les Cyclades. Elle est tout en longueur. Sa largeur n’excède pas les 9,5 km pour une longueur de 33 km. Son paysage sévère, particulièrement accidenté est composé de grandes falaises calcaires abruptes descendant vers la mer avec une vue à couper le souffle !

Amorgos, île rocheuse composée de falaises calcaires et abruptes

Amorgos, île rocheuse composée de falaises calcaires et abruptes

La végétation d’Amorgos est en général très pauvre, clairsemée de broussailles. Toutefois trois vallées se distinguent par leur fertilité : au nord, Aegiali avec quelques oliveraies et au centre la vallée de Katapola où l’on cultive surtout des légumes. Au sud-ouest, Kolofana est la plus grande plaine de culture de céréales.

Oliveraie dans la plaine d'Aegiali

Oliveraie dans la plaine d’Aegiali

Vidéo, ci-dessous.

Randonnée 4

La première randonnée à ne pas manquer est celle qui parcourt les 2 villages situés dans les hauteurs du port Aegiali. Elle convient parfaitement pour faire une première connaissance avec les paysages magnifiques surplombant la baie de Aegiali.

Pour chaque parcours, une signalisation existe, composée de bornes numérotées. Notre première rando porte le numéro 4. Elle démarre depuis Aegiali, passe par le village de Langadha. La balade se poursuit vers le village de Tholaria et se termine par la descente vers la superbe plage de sable fin du port Aegiali.
Le chemin de randonnée est très facile, la pente est peu escarpée. De plus, nous marchons sur un ancien sentier pavé, bordé d’oliviers ; avant la construction de la route asphaltée, celui-ci était l’unique liaison entre le port et les villages nichés dans la montagne.

Chemin pavé

Chemin pavé

La montée dure 50 minutes environ sans forcer. Avant d’arriver à Langhada, nous pouvons apercevoir la chapelle de la Sainte-Trinité (Aghia Tradha), nichée dans une grotte à l’aplomb de la falaise et construite pour servir de refuge à la population contre les pirates. Impressionnant !

Aghia Tradha

Aghia Tradha

Nous traversons le village où les maisons se répartissent en amphithéâtre, face à la mer.

Amorgos : Vue panoramique de Langadha à gauche avec la baie de Aigiali

Vue panoramique de Langadha à gauche avec la baie de Aigiali

A 30 minutes de marche vers le Nord, nous nous engageons dans le petit village Stroumbos en cours de rénovation. Sur la droite, nous laissons l’église de Panaghia Epanokhoriani.

Panaghia Epanokhoriani

Panaghia Epanokhoriani

Le sentier oblique vers l’ouest et nous conduit au village de Tholaria à 50 minutes de marche.

Tholaria

Tholaria

Nous prenons notre le temps pour nous promener dans les ruelles et prendre un café dans une typique taverne. La descente vers Aigiali est assez aisée. Nous suivons un sentier pavé constitué de marches larges et nous poursuivons sur la route pour aboutir à la grande plage d’Aegiali.

Pour parcourir le diaporama, il suffit de cliquer sur une vignette. Chaque photo est accompagnée d’une légende.

 La balade Khora – Monastère Khozoviotissa

Cette promenade emprunte le vieux chemin « Palia Strada » numéroté par 1 dans les guides de randonnées. C’est certainement le trajet le plus long, car il couvre la moitié de l’île. Cet ancien sentier relie les villes de Khora et d’Aegiali et était très emprunté pour les échanges de marchandises avant la création de la route asphaltée. C’est certainement une des balades les plus intéressantes sur le plan culturel, notamment par la ville de Khora et par le Monastère Khozoviotissa (Chozoviotissa).

Vue d'ensemble de la ville

Vue d’ensemble de la ville

Chora (ou Khora) est la capitale médiévale d’Amorgos. Elle a conservé son architecture intacte. La ville se situe à 400 m au-dessus du niveau de la mer. Elle est cachée derrière les montagnes et dominée par un château vénitien (Kastro) du 13ème siècle.

Une des belles petites places à Chora

Une des belles petites places à Chora

Nous prenons notre temps au rythme lent de la promenade dans des ruelles ombragées qui descendent en amphithéâtre depuis le château vénitien.

Au sommet, les ruines de plusieurs moulins à vent encadrent la ville. Nous descendons vers la mer pour rejoindre le fameux monastère de Chozoviotissa d’Amorgos.

Les ruines des onze moulins à vent

Les ruines des onze moulins à vent

Un chemin pavé descend en zigzaguant le long d’une falaise abrupte.

Nous descendons sur un chemin pavé qui zigzague le long de la paroi

Nous descendons sur un chemin pavé qui zigzague le long de la paroi

Puis nous empruntons pendant quelques centaines de mètres la route carrossable pour atteindre le portail du Monastère. De là, nous le voyons enfin ! Il est niché dans la roche à plus de 300 m !

Au fond le monastère de Chozoviotissa

Au fond le monastère de Chozoviotissa

De nombreux touristes comme nous viennent à Amorgos pour admirer ce monument byzantin, impressionnant. Des moines auraient commencé la construction d’une église dans des petites cavités du rocher au 9e siècle !
Nous y accédons par des escaliers taillés dans la roche. Cette ascension nous offre une vue panoramique sur le large et sur la mer d’un bleu profond. A l’horizon, nous apercevons l’île d’Astypaléa.

Nous grimpons, grimpons, grimpons...

Nous grimpons, grimpons, grimpons…

Nous avons pu rentrer dans le monastère pour le visiter. Précisons que pour y rentrer  les hommes doivent porter des pantalons longs et les femmes des jupes longues avec bien sûr, les épaules couvertes !

Nous apprenons que le monastère fut construit au 11ème siècle. Il abrite d’inestimables icônes et de nombreux manuscrits du 10ème au 18ème siècle.

A la fin de la visite, les moines orthodoxes offrent un verre d’excellent raki et des loukoums succulents pour remercier les visiteurs de leur passage.

 

Il est difficile de vous raconter l’ensemble de nos 10 jours passés sur l’île d’Amorgos sans vous lasser par la longueur de l’article. C’est pourquoi nous avons choisi de privilégier les deux randonnées ci-dessus, les plus intéressantes à notre avis. Si vous devez organiser votre séjour aux Cyclades, nous vous recommandons le site belge spécialiste des randonnées http://www.cycladen.be/index.htm avec le lien direct pour Amorgos : http://www.cycladen.be/AmorgosFra.htm

Incoming search terms:

  • amorgos longueur
  • amorgos randonnées
  • randonnée amorgos
  • AMORGOS
  • amorgos randonnée
  • belle randonnée amorgos

En route vers Madère

Madère

En route vers Madère, sous spinnaker

En route vers Madère, sous spinnaker

 

Le vent ayant enfin tourné et molli, c’est le premier jour au moteur dans des calmes entrecoupés d’orages que nous prenons la direction de Madère, puis le vent s’est décidé à se lever, un peu trop même à notre goût avec une grosse houle. Mais après la pluie vient le beau temps et le vent portant.

On met le tangon pour border le génois, celui-ci refuse de descendre, je tire sur le hale-haut et le bout me reste dans les mains. Après avoir plongé à la dernière traversée, il faut maintenant faire de l’escalade avec une bonne houle. Me voilà donc harnaché avec un marteau à mi-mât à cogner sur ce maudit piston qui retient le tangon sur le mât. Il s’est bien enfoncé libérant le tangon,  sitôt éjecté par un ressort qui git maintenant par 4000 m de fond. Par chance le piston est tombé dans une de mes pochettes.

Une petite bidouille pour tout remettre en état et voilà le bateau paré pour continuer au portant avec un vent et une mer qui se calment peu à peu et après 6 jours de mer, nous apercevons la première île volcanique de l’archipel de Madère, Porto Santos où nous jetons l’ancre.

Porto Santos est une petite île aride de l’archipel de Madère de 10 km sur 4. Quelques arbustes s’accrochent en haut des sommets où ils trouvent un peu d’eau. En bas une grande plage et une petite ville touristique où nous trouvons le WiFi pour donner de nos nouvelles.

Une petite traversée pour rejoindre l’île principale de Madère et nous allons mouiller dans la baie d’Abra, à l’est de l’île . Le paysage est formé d’aplombs volcaniques de 100 à 300 mètres de haut qui vont de la couleur rouge au jaune. Nous y sommes restés 5 jours : promenades dans les sentiers, plongées et farniente.

Une plus petite traversée qui nous conduit à la marina de Funchal et à la civilisation : eau, douches, commerces …

La prochaine escale, 200 milles plus bas, les Canaries

Triathlon à 66 ans !

Un triathlon pour fêter son anniversaire !

Daniel a eu 66 ans deux jours plus tôt ! Il s’est engagé au triathlon de Quiberon.
Nous sommes tous fascinés de le savoir toujours aussi motivé par la compétition tout en entretenant sa passion sportive en acceptant la loi des ans !

Triathlon de Quiberon

Voilà ! la première épreuve 1500 m de natation dans quelques minutes

Il peaufine sa stratégie avant le départ de l’épreuve avec 2 de ses amis-vétérans du Pékin-Londres de 2012 (Yann 52 ans et Michel 57)

Triathlon de Quiberon au départ

Les papys de Pékin Londres font de la résistance en ayant parié ce triathlon de Quiberon !

Pour commencer sur des bases saines 1500 m de natation, ensuite pour réchauffer les muscles un parcours de 40 km à vélo et enfin pour les nombreux effets bénéfiques sur la santé une course à pied de 10 km !

Le coup de feu est maintenant donné ! Tout le monde est encore en paquet… En première ligne, les meilleurs nageurs se dégagent rapidement du groupe.

Départ de la natation

« 800 » athlètes se lancent dans la mer !

Les premiers 50 mètres de crawl sont très virils ! Il n’est pas rare de recevoir des coups de pieds ou de violentes claques involontaires, lesquels sont déstabilisants au début du triathlon.
Son point faible est la natation et Daniel préfère éviter la bousculade en partant tranquillement en queue de peloton.

Départ

Le dernier à plonger, notre ami Daniel !

Plus qu'un tour !

Les compétiteurs sortent de l’eau pour se relancer dans un deuxième 750 m de nage

Allez Daniel !

Allez Daniel !

Vidéo du triathlon de Daniel :

Deuxième épreuve : 40 km à vélo !

Une délicate transition pour Daniel avec l'enchaînement Natation-Cyclisme

Une délicate transition pour Daniel avec l’enchaînement Natation-Cyclisme

Daniel au départ de l'épreuve à vélo

Daniel court vers la sortie, en tenant son vélo à la main.

Daniel à vélo

Premier tour : encore 20 km d’effort !

10 km de course à pied !

Daniel ne semble pas entamé par les deux précédentes épreuves. Il est toujours aussi performant et a su gérer le triple effort !

IMG_4316

Épilogue

Voilà, le triathlon est maintenant terminé… Toutes mes félicitations aux amis du Pékin-Londres

Les vétérans du Pékin-Londres

Bravo, aux vétérans du Pékin-Londres

Oui, nous vieillissons, mais de plus en plus de personnes ont la chance de demeurer longtemps en bonne santé !
Nous avons assisté en tant que spectateurs aux différentes épreuves des compétiteurs-vétérans. Nous sommes admiratifs pour deux raisons : la qualité sportive des compétiteurs et les relations humaines entre les athlètes-vétérans.