Archives mensuelles : mai 2014

Histoire d’un regard

Retracer l’histoire d’un regard hostile !

Depuis plusieurs mois, j’avais l’envie de faire un tableau sur un visage exprimant la révolte, l’arrogance et une certaine agressivité. Il fallait que la complexité des traits du visage traduise les pensées hostiles du personnage.

J’avais représenté plusieurs dessins préparatoires, mais aucun ne me satisfaisait complètement. Dans ma mémoire, cette peinture me hantait sans que je puisse la réaliser.

Regard hostile

Regard hostile

Notre visage est en général le reflet impénétrable de son intimité au fond duquel se cache une conscience à laquelle l’observateur n’a accès que pendant quelques fragments de secondes. Il suffit alors de capter dans sa mémoire l’expression fugitive qui nous sied. Un appareil photographique est souvent le meilleur outil pour s’immiscer dans les profondeurs de l’âme humaine…

Détail du regard

Détail du regard

J’ai eu la chance au cours d’une projection de photos par un ami photographe de trouver les traits d’un visage qui m’obsédaient. Après accord de mon ami, j’ai pu retravailler son œuvre photographique pour la métamorphoser en une matière picturale.

Je me suis donc immiscé dans le mystère du regard capté par l’objectif de l’appareil photo pour faire l’expérience de redonner de la chair, du muscle et de la circulation sous la peau. Cette fois-ci, la peinture s’est apparentée à développer une seconde fois l’image photographique avec mes outils picturaux afin de chercher à révéler les sentiments que le personnage avait dû connaître à l’instant où la photo fut prise.
Le plus difficile pour moi était de représenter une réalité intérieure sans avoir connu le sujet, et ce, afin d’en révéler un réel caché exprimé par ses yeux et sa bouche.

Détail des yeux

Détail montrant les touches et le choix des couleurs

La composition du cadre a été concentrée sur le regard inquiétant et les lèvres portant un léger dégout que j’ai volontairement déformées.

Détails pour la touche picturale

Détails pour la touche picturale

Pour conclure la présentation de ce tableau, j’aimerai citer Pablo Picasso : « je ne peins pas ce que je vois, je peins ce que je sens« . Je reformulerais avec beaucoup d’humilité tout en l’adaptant à mon univers figuratif : « je peins ce que je ressens, ce que je suis, ce que j’imagine, ce qui me séduit, ce qui me bouleverse… »

Vue en situation

Vue en situation du tableau – dimension 73×60 cm

Incoming search terms:

  • regard hostile