Archives mensuelles : janvier 2014

Peinture par gros temps

Du gros temps avec mes pinceaux !

Comme vous avez pu déjà le remarquer, j’essaie d’adjoindre un petit texte, à mes peintures. Mon seul désir est de partager avec vous ce que je ressens lorsque je peins.

gros plan du tableau

Gros plan du tableau

Pour cette peinture, mon inspiration a emprunté des voies détournées et « impénétrables ». La plupart du temps, je puise inconsciemment dans des scènes du quotidien ou dans le milieu familial. Mais parfois,  mon imagination se nourrit du passé et de vieux souvenirs ancrés dans ma mémoire.
Pour ce tableau, tout est parti d’une vieille photo prise à bord de mon dernier bateau.  Nous étions au Portugal et nous nous apprêtions à quitter notre abri pour remonter le long de la péninsule ibérique dans le but de rejoindre Vannes, notre port d’attache.  Si la première partie du voyage s’était effectuée sans trop de problèmes, il n’en fut pas de même pour la suite.

gros plan de la mer

Gros plan de la mer

 

 

Après une escale assez longue à La Corogne, car les conditions étaient défavorables pour la traversée du golfe de Gascogne, Annick et moi avions pris la décision d’appareiller. Les vents étaient en moyenne d’une force de 35 nds et de secteur nord / nord-ouest avec une houle établie dans la même direction.

Ceux qui connaissent la réputation du golfe de Gascogne comprendront que nous n’étions pas enchantés à l’idée de le traverser avec ce type de conditions. Cependant, nous n’avions pas trop le choix, si nous voulions reprendre notre boulot début septembre…

 

 

 

Ce tableau reflète une réalité vécue et aurait comme ambition d’illustrer l’incertitude des choix et la tension qui existaient à bord face à certains éléments déchainés.

Gros temps avec des pinceaux

Incertitude et tension à bord par mauvais temps

La mer est forte, la houle est prise de trois quarts à l’avant. Le voilier tape dans les vagues. Il porte un peu trop de toile et marche à 7 noeuds sans trop de dérive.

Gros temps avec des pinceaux

Huile sur toile de 80×80 cm

 

Pluie sur l’esplanade au port de Vannes

Comment représenter la pluie en peinture ?

Fin décembre et début janvier, dans les villes de Sud Bretagne, il est peu de dire combien la météo a été marquée par des vents déchainés ainsi que par de fortes pluies suivies de débordements. C’est donc tout naturellement que l’inspiration de ce tableau  » Pluie sur l’esplanade au port de Vannes », m’est venue.

Pluie sur l'esplanade au port de Vannes

Pluie sur l’esplanade au port de Vannes, peinture sur toile, dimension 73X60 cm

Le thème de la pluie a toujours été un défi pour le peintre. En effet, comment représenter des éléments éphémères, comment traduire ce qui est inégal, irrégulier et insaisissable ? Bien sûr, le parapluie et le sol détrempé nous suggèrent indirectement la pluie. Si quelques objets emblématiques peuvent à eux seuls la représenter, il m’a semblé qu’il fallait aller au-delà de ces signes distinctifs.

Détail la femme en rouge au parapluie

Un détail du tableau la femme en rouge au parapluie

J’aimerais ouvrir une petite parenthèse sur l’un des tableaux qui m’a toujours fasciné. Je pense au tableau « Golconde » peint par Magritte en 1953, le lien pour visualiser l’oeuvre protégée par des droits n’est disponible que sur Wikipedia http://en.wikipedia.org/wiki/File:Golconde.jpg
Bien entendu, l’imagination de René Magritte pour évoquer la pluie va bien au-delà d’une représentation classique. Le peintre a mis en scène une pluie d’hommes sans expression, vêtus tous de noir avec chapeau melon, tenant un parapluie tombant du ciel. Comme toujours, Magritte ne représente pas des éléments du réel pour les décrire, mais souhaite provoquer chez l’observateur des interprétations diverses. Peut-être, ici, une perte d’identité personnelle des hommes plongés dans une société peu solidaire et monotone.

Détail du tableau : les 3 personnages alignés

Détail du tableau : les 3 personnages alignés

 

La place importante du ciel

La place importante du ciel

Évidemment, je suis incapable d’une telle imagination. Plutôt que de peindre au plus près de la réalité, il m’a semblé important de visualiser une sensation, une atmosphère et un mouvement. Dans ce tableau, j’ai voulu créer une atmosphère avec l’intention de « donner à voir ». C’est pourquoi je me suis aidé du cadrage en accordant de l’importance au ciel et à la composition avec la place des personnages ainsi que leurs postures. J’ai utilisé des couleurs chaudes et froides en les opposant. J’ai appliqué la peinture par des touches rapides, fragmentées et par des épaisseurs souvent extrêmes qu’apporte la technique du couteau.

Pluie sur l'esplanade au port de Vannes

Pluie sur l’esplanade au port de Vannes, peinture sur toile, dimension 73X60 cm