Archives mensuelles : octobre 2013

Portraits en atelier

Portraits et ressemblances

Au sens commun, le principal intérêt de peindre des portraits serait à l’évidence la similitude des traits physiques avec le modèle. Il est alors important dans ce genre de peinture de se montrer soucieux, non seulement d’une ressemblance physique, mais aussi d’une certaine vérité psychologique des personnes peintes.

Autoportrait du Christ jaune, Gauguin

Autoportrait du Christ jaune, Gauguin

Un portrait représenté minutieusement dans les détails n’est pas toujours plus ressemblant que celui réalisé avec une exécution plus élémentaire. Cela tient d’une part à l’interprétation de l’artiste et d’autre part aux choix délibérés pour simplifier l’exécution. On parle alors d’effets de ressemblance.

Néanmoins les portraits sont-ils, dans tous les cas, nécessairement fidèles et conformes à la réalité ?
Oui, a priori pour la plupart des personnes ; ils sont alors réalistes morphologiquement au modèle.
Une autre conception s’oppose à l’exigence de les représenter tels qu’ils sont. Cette orientation artistique incarnera l’individu au moyen d’une exécution plus stylisée, idéaliste ou symbolique voire une vérité allégorique comme dans l’autoportrait du Christ jaune de Gauguin… 

 

Juan Gris - Portrait of Pablo Picasso - Google Art Project

Juan Gris – Portrait de Pablo Picasso – Wikimedia

 

La notion de figuration va même s’estomper avec l’arrivée du Cubisme. Selon Georges Braque ou Pablo Picasso, la ressemblance d’un individu disparaît au profit de l’expression des sentiments de l’artiste. Il s’agit alors de transcrire par des lignes et des couleurs ce que ressent l’artiste.

Histoire de l’art – Les mouvements dans la peinture – Le cubisme.

 

 

 

 

Quatre portraits peints récemment

Bien sûr, je suis incapable d’une telle imagination dans le but de dévoiler les différentes facettes d’un modèle susceptibles d’incarner sa personnalité.

Dans les quatre tableaux ci-dessous, les visages alternent avec des poses classiques.
Le premier montre un modèle spontané avec une subtile ironie dans l’expression (portrait de Marc).
Le suivant (Laurence) a la particularité de présenter la personne lisant avec une position de la main ramenant le regard du spectateur vers le centre du tableau. Ici, la raison d’être est de renforcer l’expression du visage. 
La troisième peinture (Emi) se propose par des touches impressionnistes, d’incarner la beauté de l’enfant prenant la pose.
Le dernier (Monique) évoque l’importance de la mer. Le regard impénétrable du modèle offre un point de rencontre avec l’observateur.

Concernant la technique, les tableaux ont été exécutés à la brosse et au couteau avec une palette assez réduite. D’ailleurs, dans la toile intitulée « Laurence », je n’ai eu recours qu’à cinq couleurs.  Ils ont été peints en une à deux séances dans le frais, alla prima.

Marc - Portrait - huile

Marc

 

Laurence - huile

Laurence

 

Emi - Huile

Emi

 

Monique - Huile

Monique

Diaporama montrant l’ensemble des peintures. Veuillez cliquer sur une miniature pour parcourir les photos. Vous avez la possibilité de les agrandir en cliquant sur un bouton en haut à droite de l’image.

Références bibliographiques :

- Cubisme. (2013, octobre 30). In Wikipédia. Consulté à l’adresse http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Cubisme&oldid=97900344
- Cubisme. (s. d.). Encyclopædia Universalis. Consulté 30 octobre 2013, à l’adresse http://www.universalis.fr/encyclopedie/cubisme/
- Histoire de l’art – Les mouvements dans la peinture – Le cubisme. (s. d.). Consulté 30 octobre 2013, à l’adresse http://www.histoiredelart.net/courants/le-cubisme-12.html
- Musée d’Orsay: Paul Gauguin Portrait de l’artiste au Christ jaune. (s. d.). Consulté 30 octobre 2013, à l’adresse http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/recherche/commentaire_id/portrait-de-lartiste-au-christ-jaune-248.html
- Portrait. (2013, octobre 26). In Wikipédia. Consulté à l’adresse http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Portrait&oldid=97784988
- Portrait. (s. d.). Encyclopædia Universalis. Consulté 30 octobre 2013, à l’adresse http://www.universalis.fr/encyclopedie/portrait/

 

Premier extrait de mon voyage au BHOUTAN pays du BNB

Présentation du Bhoutan.

Longtemps interdit aux étrangers, le Bhoutan s’est récemment ouvert au tourisme. Je vais vous retracer, par des diaporamas, mon voyage effectué courant 2012 dans ce pays magnifique.

Carte du Bhoutan : Le parcours

Carte du Bhoutan : Le parcours (image provenant du site wikipedia)

Mais tout d’abord, un peu de géographie et un peu d’histoire, afin de vous permettre de mieux situer ce royaume.
Le texte de présentation ci-dessous est un résumé issu du site Wikipédia

 

 

Le Bhoutan est un pays d’Asie du Sud. Il est situé dans l’est de la chaîne de l’Himalaya, enclavé entre l’Inde et la Chine (région autonome du Tibet). Sa capitale et plus grande ville est Thimphou.

 

 

 

 

  Réformes gouvernementales

 Le Bhoutan devient membre des Nations unies en 1971 après avoir été membre observateur pour trois ans.
Le 4e roi, Jigme Singye Wangchuck,est couronné en 1974. Il introduit plusieurs réformes politiques significatives. Il transfère la plus grande partie de ses pouvoirs administratifs au conseil des ministres..
Son règne voit aussi l’imposition de la culture bhoutanaise. En 1985, une loi prive de leur citoyenneté les Népalais vivant dans les plaines du sud., ils doivent porter la tenue vestimentaire drukpa. Les réfugiés tibétains sont sommés de prendre la nationalité bhoutanaise en 1979.

En 1999, le gouvernement lève l’interdiction sur la télévision et internet. Le Bhoutan devient ainsi l’un des derniers pays à avoir accès à la télévision. Toutefois, il met en garde contre « l’usage abusif » de la télévision, qui pourrait effacer certaines valeurs traditionnelles bhoutanaises.

En 2008, le Bhoutan passe d’une monarchie absolue à une monarchie constitutionnelle et organise ses premières élections générales.

 Bonheur national brut

Le jeune Roi et sa Reine

Le jeune Roi et sa Reine

 

L’une des particularités du Bhoutan est sa recherche du bonheur à travers l’amélioration de ce qu’ il appelle le « bonheur national brut » ou BNB. Là où la majorité des gouvernements se basent sur la valeur du produit national brut (PNB) pour mesurer le niveau de richesse des citoyens, le Bhoutan a substitué le BNB pour mesurer le niveau de bonheur de ses habitants.

Selon une estimation de 2005 la population serait 2 232 291 mais le gouvernement ne recense que 810 000 Bhoutanais. Ceci provient du fait que 40 % de la population vivant au Bhoutan est d’origine népalaise et de religion hindou et que le gouvernement bhoutanais ne les reconnaît plus comme citoyens depuis 1988. Depuis cette date, l’instruction du népalais est interdite à l’école et la langue Tibétaine Dzongkha est obligatoire. les Lhotshampa subissent une discrimination culturelle et ethnique au point que certaines professions leur sont interdites (administration, enseignement, etc.)

 TEMPLE DE ZANG PETRI

Veuillez cliquer sur une vignette pour parcourir les diaporamas

DZONG DE TRASHIGANG

 Page suivante : Maison Traditionnelle et le Temple de Rangjung

Lumière de Venise

Venise lumière, couleur et reflets

Avril 2012, nous nous trouvons à Venise pour une dizaine de jours dans le but de redécouvrir son architecture millénaire. Dès notre arrivée, nous sommes à nouveau fascinés par les variations et la richesse des couleurs. En cette arrière-saison, nous explorons la ville, sans croiser la foule de touristes de juillet-août. Peu à peu, une certaine magie s’opère en nous. Nous apprécions de plus en plus, la beauté des immeubles érigés sur la mer avec leurs crépis effrités rouges et leurs reflets ondulants dans les eaux troubles des canaux…

Ce cadre exceptionnel d’une grande unité architecturale a toujours inspiré de nombreux artistes.
Nous espérons être en mesure de capter quelques impressions parmi cette multitude de formes et de couleurs, et avec de la chance, de les transformer en images qui nous touchent.
Comment atteindre l’essentiel sur une toile ou comment représenter cette perception inexplicable des effets colorés de la lumière dans l’eau ? En réponse à cette question, vous trouverez quelques clés de lecture devant chacune des toiles, ci-dessous.

La nuit est couleur.

Comment plonger l’observateur dans un jeu de rouge orangé absorbé par les teintes sombres du bleu, afin de restituer une impression d’issue tragique ? Cette perception a été la raison de la mise en scène des couleurs de la toile, ci-dessous.
Avril 2012. Huile 73×60.
Pour agrandir ou parcourir l’ensemble des tableaux, vous pouvez cliquer dans l’un des cadres

Nuit mouvementée sur la Lagune.

Nuit mouvementée sur la Lagune.

Le Grand Canal et les couleurs de l’eau

L’ouverture de l’espace, les reflets de lumière,  la richesse des teintes ont amené ces touches courtes énergiques de couleurs pures côte à côte sans trop les mélanger au préalable. L’œil du spectateur recompose les tons et les formes. (Bien sûr cette technique a été empruntée aux impressionnistes.)
Avril 2012. Huile 36X46.

Peinture à huile : Venise le grand canal

Le fameux Grand Canal de Venise.

Le rouge de Venise

La lumière orange est présente dans pratiquement tous les canaux. Elle opère pour tous les visiteurs une certaine magie. 
Dans ce tableau ont été insérés les détails comme la gondole et le linge entre et contre les façades.
Avril 2012 -Huile 73×60.

Le rouge de Venise

Le symbole de Venise : la gondole. La promenade est un incontournable.

Au crépuscule, l’animation de la vie quotidienne le long des quais.

Le crépuscule, les mouvements de l’eau et les effets de lumière ont inspiré cette représentation. Le ciel et le quai sont ici, illuminés d’une variation de lumière du pourpre-rose au bleu-vert dans l’intention de procurer l’illusion du mouvement.
Avril 2012 Huile 73×60.

Peinture à huile : Venise la promenade sur le quai

Dès que le soleil se couche, promenez-vous sur les quais

Ces quatre tableaux ont été peints à notre retour et sont à considérer comme une traduction de notre rencontre avec Venise en 2012. Cet article fait écho à un diaporama disponible sur le site à l’adresse http://tribulations.fr/reflets-lumiere-venise.

Incoming search terms:

  • lumière de venise

Reflets et lumière à Venise

Reflets à Venise

Le long des canaux, au détour des ruelles ou sous les ponts, le rouge-orangé des façades se reflète dans l’eau pour nous faire voir des motifs de tableaux impressionnistes comme crépuscule à Venise de Claude Monet.

A chaque heure de la journée, partout la ville est reflets et offre à nos yeux, lumières et couleurs changeantes en créant des images dansantes pleines de mystères.

Reflets

Le rouge et l’orange délavés des façades se reflètent dans l’eau des canaux.

C’est toujours un plaisir pour tous les photographes, même amateurs, de découvrir le long des canaux des cadrages uniques que nous offrent les reflets vénitiens avec cette eau mouvante.

Ci-dessous, cliquez sur une vignette pour parcourir l’album de photos dont le thème pourrait être « les reflets vénitiens »

 

 

Autoportrait – grand format

Une peinture récente : un autoportrait grand format

La plupart du temps, nous nous contentons, en peinture, d’une représentation aux dimensions modestes. Le motif peint est plus petit que la réalité. L’effet visuel est relativement habituel : le sujet est alors dominé par l’observateur. Le point de vue est obligatoirement externe. L’exercice ici, consiste à tenter de réduire la distance entre celui qui regarde et le modèle. Il s’agit par conséquent d’inverser cette perspective pour renforcer l’intensité de l’expression en y apportant plus d’énergie. 

Autoportrait : Peinture en situation

Cette photo a été prise pour présenter les proportions

Pour tenter cette approche, pourquoi ne pas peindre un portait qui ne se conforme pas aux proportions de la réalité, sans aller jusque dans le gigantisme ? Voilà mon point de départ. En outre, il est essentiel d’éliminer tous les accessoires inutiles, afin d’augmenter la proximité entre l’observateur et le sujet.  L’arrière-plan est simplifié au maximum en essayant de faire « surgir » le modèle. Les traits obliques ont ici la fonction de mettre le portrait en mouvement  à seule fin de se rapprocher du spectateur. Le cadrage très rapproché doit donner une impression de familiarité dans l’intérêt de dialoguer avec l’observateur.

Autoportrait : Le portrait

Avoir l’œil qui frise

Chaque portraitiste, un jour doit éprouver le besoin de peindre grand, avec l’intention de mieux transcrire certains éléments essentiels qui composent un caractère.
Étant donné qu’il est très difficile d’avoir un modèle, l’autoportrait s’est imposé comme une solution commode.
Est-il possible de mieux représenter une facette d’un personnage, en mettant l’accent sur la proximité, par des dimensions imposantes de la toile et en resserrant le cadrage ?

… mais déjà l’œil qui frise et la lèvre qui sourit pour séduire et mentir. — Philippe Labro, Un début à Paris, Folio, p. 199

En réalité, je me suis efforcé à me représenter avec une attitude attentive, étonnée et un peu rude en me concentrant sur un seul trait : le regard « l’œil qui frise » pour reprendre la citation ci-dessus.
Les traits ont été durcis par des touches agressives. Le choix de la palette a été simplifié pour diminuer les nuances. La peinture a été placée à coup de pinceau sans essayer d’adoucir le geste. Elle est utilisée en épaisseur en une matière façonnée dans le frais (on ne laisse pas la peinture de sécher entre deux passages).

Autoportrait : Le regard

Gros plan sur le regard